Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Séance exceptionnelle du Conseil général du 04 sept 2012 : mon intervention

Publié le 4 Septembre 2012 par pierre laporte in conseil général

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale,

Cher-e-s collègues,

 

Mon cher Claude Bartolone, puisque tu as évoqué la franchise de nos échanges, je vais vous en faire la démonstration.

Que cette intervention fut difficile à écrire tant la situation est complexe et que l’espoir laisse un peu trop de place au doute.

Il fallait battre Sarkozy, ensemble nous l’avons fait. Vous aviez déclaré qu’il serait incompréhensible qu’aucun ministre ne soit issu de la Seine Saint Denis, vous voilà le quatrième personnage de l’Etat. Enfin vous aviez déclaré que le président de la République dès son élection devrait se pencher sur la situation de notre département, nous le souhaitons parce que nous réclamons justice.

 

PLSéance-copie-1


Dans une interview au « Petit Parisien », pour faire un clin d’œil à Gilbert Roger, vous affirmez votre fierté d’avoir changé l’image de la Seine Saint Denis, certes vous y avez contribué  mais vous n’êtes ni le premier ni le seul, oui la Seine Saint Denis a des capacités formidables par sa jeunesse, sa culture. Mais  ces derniers jours encore sur des radios, pour parler des banlieues ou du métier à risque des enseignants on citait la Seine Saint Denis. On ne changera pas l’image sans changer la situation sociale des habitants de ce département.

 

Durant ces quatre ans nous avons dénoncé ensemble les transferts non compensés de l’Etat, 1,100 milliard d’Euros aujourd’hui. Les 36 millions d’Euros du ticket modérateur, le gel de la DGF, la contribution du 93 sur les DMTO, les refus de compensation pour la maison du handicap où vous avez été jusqu’au procès contre l’Etat et où nous avons gagné, même si le compte n’y est pas tout à fait. Et puis l’injustice de la charge sur le seul département des mineurs isolés.

Vous avez demandé lors du vote du dernier budget le remboursement de la dette. Les dégâts de la politique des précédents gouvernements seraient trop longs à citer.

 

Pour équilibrer le budget il a fallu augmenter  les impôts de 16% en 4 ans. C'est-à-dire que le Conseil général a été amené  à faire  payer essentiellement aux familles et aux plus modestes les cadeaux qui étaient faits par le gouvernement de droite aux plus riches et à la spéculation financière car telle est l’injustice du recours à l’impôt local à la place de la solidarité nationale. La dette du département a atteint des sommets et pour construire des collèges vous avez décidé d’avoir recours aux PPP, que nous condamnons et nous assumons cette attitude.

 

Mais cela n’a pas suffit, des coupes sombres ont été faites dans les services aux habitants, notamment dans l'aide à la mobilité, suppression de l’aide aux jeunes sur la carte imagin’R et augmentation de la carte améthyste pour les anciens, suppression de l'aide à l’acquisition d’un ordinateur pour les collégiens entrant en 6ème et surtout en 2012 un gel des dotations aux collectivités en matière d’équipements, gel des effectifs dans des secteurs par exemple : la prévention spécialisée etc.

 

Pour 2013 comment allons nous construire le budget ? Comment le gouvernement va-t-il répondre aux exigences que vous formuliez en tant que président du Conseil général ? Bien sûr, il faut du temps, il faut voter des lois, il faut mettre en œuvre.

 

Bien entendu la situation de l’école va se stabiliser mais le compte d’enseignants n’y sera pas et l’attraction pour le métier est négative du fait de la faiblesse des salaires. Les emplois d’avenir vont aider de nombreux jeunes mais pourquoi faut-il considérer qu’être jeune est un handicap pour travailler et que cet emploi doit être financé ? Mais surtout quel avenir pour ce jeune à l'issu des contrats, alors que le chômage explose ?

 

Nous avons bien compris que parmi les solutions que vous proposez, vous souhaitez des péréquations entre collectivités pour financer les allocations de solidarité. Mais si elles sont pour une part nécessaires et justes, elles ne suffiront pas dans une période où le traité budgétaire Européen va appliquer la rigueur aux collectivités locales. Mais surtout parce que la solidarité nationale, c’est le moyen de faire contribuer les plus riches et la finance.

 

Notre inquiétude va surtout au traité Merkel Sarkozy que vous allez demander au parlement de voter, pour lequel il n’y a pas eu le changement d’une virgule, d’ailleurs la droite ne s’y trompe pas elle votera ce traité. Pourquoi avoir peur d’une consultation des Français ?

Sous la férule de la règle d’or, nous ne croyions pas que notre département aura autrement qu’à la marge des réponses à ses besoins. Les décisions budgétaires de la Nation seront sous contrôle de la commission de Bruxelles composée de personnalités non élues.

Grèce, Portugal, Espagne, Italie…. L’Europe qui était un espoir se transforme en cauchemar pour les peuples, il est urgent de refonder cette Europe. Les services publics sont désignés comme responsables, partout on privatise, on licencie des enseignants, des policiers, on détruit les systèmes sociaux.

Mais la crise des sub-primes, les salaires délirants des traders, les spéculations effrénées, ce ne sont pas les services publics qui en sont responsables mais la folie spéculative qui va jusqu’aux denrées alimentaires.

 

Citroën Aulnay  est un exemple parmi beaucoup trop d’autres de ce monde fou où l’homme n’est plus placé au centre de toutes les décisions politiques et économiques car ce sont des pans entiers de l’industrie française qui disparaissent même quand ils sont rentables.

C’est  la logique  absurde qui guide l’Europe et la détruit de plus en plus rapidement. Parce que la fermeture annoncée de PSA Aulnay aura des conséquences sur les salaires et les conditions de travail des autres sites. Parce que c’est en plein cœur des villes qui ont connu les révoltes urbaines que des milliers de familles risquent de connaître le chômage. Notre groupe luttera avec les salariés pour la continuité de la production de la C3 et la venue d’un nouveau véhicule propre. C’est bien la question des droits des salariés, de la bataille contre l’appel à la baisse du coût du travail rendu responsable de la crise et contre la flexibilité que nous devons mener. A ce propos, on ne peut qu’être inquiets de la déclaration de Michel Sapin à l’université du MEDEF « les entreprises aussi ont besoin de sécurité ! Aujourd’hui le droit de licenciement et ses conditions d’application ne sont pas sécurisants pour les entreprises, on ne sait pas combien de temps va durer la procédure, combien elle va coûter… » Je vous laisse apprécier !

 

C’est bien parce que vous êtes Président de l’Assemblée Nationale issu de notre département et que la situation est grave que notre groupe s’exprime ainsi, répondant à votre invitation à un débat franc. Si l’on veut répondre aux besoins des habitants de notre département il faut se parler franchement car nous en avons besoin mais dans la cordialité, comme vous l’avez toujours fait.

Aujourd’hui la candidature de Stéphane Troussel à la présidence du conseil général nous est proposée par le groupe socialiste.

Nous avons rencontré Stéphane Troussel, qui est conscient des difficultés qui l’attendent du fait du contexte économique et social. Il nous a fait part de sa volonté d’un travail plus collectif.

Nous ne connaissons pas sa position sur le traité, peut être nous en dira t-il plus aujourd’hui ?

 

On nous a posé la question : « allez-vous présenter un candidat ? ».

Nous ne confondons pas, le changement de président dans ces circonstances n’est pas la conséquence d’une campagne électorale.

Nous verrons comment dans la pratique se traduit la volonté de Stéphane Troussel de travailler plus collectivement et nous en tiendrons compte.

 

Pour nous l’évolution du fonctionnement démocratique de la vie du conseil général sera de donner plus de pouvoir aux citoyens et changer le rôle du conseiller général, nous comptons prendre toute notre part aux Etats généraux des collectivités locales et du projet de loi de Madame Lebranchu. C’est dans cet esprit, celui de réussir l’alternative à une politique qui a fait tant de dégâts, que nous soutiendrons la candidature de Stéphane Troussel.

 

 

Commenter cet article