Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Les raisons de notre vote ou du moins celles que l'on nous prête

Publié le 22 Mars 2013 par pierre laporte in conseil général

Première accusation : Nous aurions pris position sous le coup de la colère!

C'est vrai que cette affirmation peut mettre en colère. Mais il n'y a jamais eu de coup de colère ni lors des réunions avec nos camarades socialistes ni entre nous. Mais plutôt un travail patient d'explications avec les habitants car nous avons tenu compte de leur avis.

Ssi nous avons organisé des rencontres ce n'est pas sans rapport avec la décision que nous devions prendre.

Lors de la dernière réunion du groupe mercredi à 18 heures, nous avions envisagé les différentes hypothèses. Si nous obtenions de nouvelles avancées, prenions-nous alors la décision de nous abstenir et à quelle hauteur plaçait-on la barre?

Si une minorité d'entre nous votait contre, il fallait aussi leur garantir notre solidarité pour ne pas qu'ils soient sanctionnés.

Si une majorité votait non, comment présenter la position de ceux qui s'abstenaient?

La conclusion de mon intervention en séance répond à cette interrogation (lire ici ).


Je souligne que la position prise par les 4, de voter pour, n'a jamais été présentée dans aucune réunion du groupe, l'information m'a été donnée un quart d'heure après la fin de notre réunion, j'en ai informé chacun par téléphone souvent tard tard dans la soirée.

 

Deuxième accusation : Notre attitude correspond à la position de Jean Luc Mélenchon.

Dans le groupe, il n'y a aucun élu du Parti de gauche et parmi les conseillers généraux qui ont voté non, il y a 4 membres du PCF.

La question posée est de combattre la politique d'austérité au niveau du conseil général dans le cadre de la campagne nationale du FDG. Personne ne s'est engagé à refuser toute alliance avec le PS dans les villes. Ce n'est ni le lieu, ni l'objet de notre vote. La seule question était de pousser le plus loin possible la baisse des impôts et la réduction des coupes. Une fois que le PS était assuré du vote des quatre nous n'avions plus de moyens de pression. Plus de moyens de pression et donc nous restions à des propositions du PS que le groupe refusait.

 

L'objectif n'était pas de voter non mais de combattre l'austérité dans le budget départemental. Il est vrai qu'une mobilisation plus forte des syndicats et des associations serait necessaire car les élus seuls cela représente une force réelle certes mais limitée. Par contre montrer par un vote contre qu'ils trouveront des relais avec notre groupe est aussi mobilisateur.

 

 

La morale de cette histoire, qui ne l'est pas toujours (morale), c'est qu'il faut expliquer et amplifier la mobilisatio.

 

Commenter cet article