Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

L intervention de mon collègue Bally lors de la même séance du CG 93

Publié le 13 Décembre 2013 par Pierre Laporte

Bally-BAGAYOKOSéance départementale du 12 décembre 2013
 
Débat sur le redécoupage des cantons

 

Au cours de la séance de ce matin, consacrée en autre au projet de redécoupage des cantons, j'ai eu ces quelques mots, pour marquer mon désaccord de ce projet de redécoupage et du décret qui l'accompagne. 

 

POURQUOI FAIRE SIMPLE QUAND ON PEUT FAIRE COMPLIQUÉ ? OU 

LE GRAND CONCOURS DU TRIPATOUILLAGE ET DU CHARCUTAGE EST OUVERT AVEC LE GOUVERNEMENT DU CHANGEMENT ?

 

Je ne rappellerai que quelques éléments qui ont déjà été évoqués.

 

D'abord, Il fallait annuler la Loi votée par la précédente majorité et instaurant un Conseiller territorial regroupant les conseillers généraux et les Conseillers régionaux. Le tollé a été immense y compris dans les rangs de la majorité précédente !

  

Mais, Pourquoi ne pas revenir au statut actuel ? 

Pourquoi se lancer dans une réforme complète ?

Quelles étaient les intentions affichées ? 

Pourquoi un redécoupage aujourd'hui pour demain faire disparaître les départements dans la métropole ?

Quelles sont les motivations profondes qui sont apparues clairement une fois les nouveaux cantons dévoilés? 

 

S'il est vrai que le système actuel n’est pas parfait, tant il présente des disparités scandaleuses entre cantons au sein d’un même département et entre départements ruraux et urbains,  la proposition de redécoupage du parti socialiste n'est pas pour autant acceptable. 

 

Autre motivation la parité. Au lieu d’adopter le seul système qui permette à la fois une juste représentation de chaque vote et qui garantisse la parité, à savoir la proportionnelle, vous avez été chercher un système alambiqué dont semble-t-il la vrai motivation est de prendre en main les ciseaux pour tailler dans la carte, dans les territoires. On pourrait d'ailleurs se poser dans le même ordre d'idée, la représentation de la diversité dans les prochains scrutins départementaux, avec le projet de loi et la proposition de redécoupage qui l'accompagne. 

 

Ainsi, le canton Nord Est, où je suis élu, qui est l'un des plus gros du département et le restera, certes dans des proportions moindres, mais avec le maintien voire le renforcement des inégalités, puisque les nouveaux cantons iront de 59000 à 87000. Qu’est ce qui empêchait de retenir la proposition que notre groupe a fait, plus cohérent et conforme aux trois principes prévus par les textes en fusionnant le canton Nord Est et le Canton Nord Ouest?

Manifestement ceux qui proposent ce découpage n'ont aucune connaissance des cohérences de la ville, du territoire, en revanche manient très bien la calculette électorale. 

 

Car le plus grand scandale est bien de l’avoir regroupé avec Stains, ce qui ne correspond à rien, pas même aux contours de la circonscription législative. Mieux, pour ne pas en faire un monstre, on l’a amputé du quartier emblématique : Franc Moisin avec une découpe fine rue par rue, comme autant d’encoches prélevées, que le conseil d'Etat ne manquera pas de pointer le moment venu. 

 

Après le tripatouillage, charcutage, 

Savez-vous comment s’appelle cette opération de découpage de petites encoches : le grugeage !!! Quelle belle langue que la langue française !

 

Pourquoi Stains et pas Pierrefitte ? Poser la question, c’est y répondre !

Ainsi, avant l’élection , sans attendre le vote des électeurs ce découpage supprime un Conseiller du Front de Gauche !!! Et à l’inverse, espérer conserver le canton de Pierrefitte.

 

Autre exemple : le canton de Tremblay (dont je remercie les représentants) auquel on rajoute Coubron, Montfermeil et Vaujours et qui couvre la façade Est du département. 

 

Il fallait oser tailler un tel canton sans aucune justification de quelque sorte que ce soit. Sauf à geler, selon le résultat, soit un nombre important de voix de Droite, soit de voix se portant sur le Front de Gauche.

 

L’objectif essentiel de cette réforme était donc de s’autoriser à tailler dans la carte électorale à son seul profit. De placer les ciseaux là où c’est le plus avantageux pour son camp.

La droite s’y est illustrée avec brio et y a souvent excellé avec Charles Pasqua dans ses basses œuvres. 

 

Je regrette très sincèrement que le Parti Socialiste se soit laissé aller à son tour à de telles pratiques, sur des bases qui sont à l'inverse au moins d’un des trois principes rappelés par le préfet , à savoir : le la continuité et la cohérence territoriale.

 

Ainsi sur l’affiche que nous avons réalisée, nous n’avons eu, hélas, qu’à changer les visages, car les pratiques demeurent !!

 

J’ai en mémoire une réplique de Claude Bartolone à notre collègue Jean -Jacques Karman, lors de la dernière séance, qui dénonçait les tendances hégémoniques du groupe majoritaire et la volonté de réduire les communistes et le Front de Gauche. Il répondait " Les électeurs s’en chargent « avait-il lancé de sa place ! .

 

Au vu de la carte qui nous est proposée aujourd’hui, j’ai l’impression, que notre cher Claude Bartolone et le parti socialiste n'en sont pas si sûr que ça !! La stratégie appliquée est la suivante désormais : deux précautions valent mieux qu’une !!

Je ne peux m’empêcher de faire un parallèle avec le découpage de l’Afrique à l’époque coloniale.

 

Ainsi , dans le secret des cabinets ministériels et les arrières boutiques partisanes on a fait tourner les ordinateurs pour ajuster au mieux une carte, qui n’a d’autre logique que de tenter par tous les moyens : 

 

- regroupement sans raison de ville, 

- découpage de certaines, 

- déplacement de quartier, 

- modification de bureaux de vote,

- de maintenir une dominante rose alors que tout porte à croire que, après la vague rose, viendra le RESSAC face à la déception du changement qui ne vient pas, de la politique d’austérité qui se poursuit, comme avant.

 

Tous ces petits calculs n’honorent pas leurs auteurs.

 

Je voudrais rajouter en disant avec gravité et colère que je suis touché quand je vois mise en lumière, et de plus en plus dans la presse, cette main de moins en moins invisible qui fait son marché dans notre département ! Une nouvelle stigmatisation pour ce département, qui n'est pas acceptable. .

Mais il ne s’agit pas de notre seul département même si parfois on touche à la caricature.

Il s’agit d’une volonté affichée de vouloir limiter l’exercice de la démocratie, du pluralisme.

Car si le Parti socialiste dispose de pratiquement de tous les pouvoirs, sa politique suscite de plus en plus de mécontentement, y compris dans ses propres rangs. 

 

Il faut donc protéger ses élus, dont certains font beaucoup d’effort pour soutenir discrètement cette politique ou s’en distancier de façon subliminale ou avec timidité quand certains ne vont pas jusqu’à s’éclipser au moment des votes délicats !

 

Ainsi, rien n’a été fait pour modifier le Traité de Lisbonne négocié par Sarkozy et qui fut voté à la virgule près avec tous les renoncements qui vont avec.

 

C’est le recours de plus en plus fréquent aux votes bloqués, la perspective de gouverner par ordonnances, comme l’UMP se propose de le faire les 6 premiers mois de son retour espéré au pouvoir.

 

Nous voilà arrivés désormais en Région parisienne. A la suite d’un coup de force que furent annoncées la création d’une gouvernance métropolitaine très éloignée de la démocratie locale, la suppression des intercommunalités et celles des départements qui en fait déjà piaffer certains d’impatience.

 

Comme on est sûr que rien ne viendra pour rétablir les finances locales, rien sur les 2 milliards dus, il est tentant de tailler dans les territoires, pour espérer le salut de cette péréquation horizontale qui ne résoudra rien.

 

Et l’on revient au sujet qui nous occupe aujourd’hui, à l’absence de concertation ; à l’information tardive de la représentation démocratique alors que le moindre élu socialiste en est informé depuis longtemps quand il ne s’est pas compromis lui même dans le charcutage au gré de son propre intérêt électoraliste, en faisant fi des propositions cohérentes, plus en phase avec le respect premier des habitants, de notre groupe. 

 

Gardons nous de réduire la politique à un sport de combat, où tous les coups seraient permis et serait synonyme de bataille d’ego et de calculs politiciens. Si la politique n'est pas le cirque monsieur le Président, ce n'est pas non plus le vol organisé de la démocratie à des fins politiciennes, afin de conserver, renforcer demain avec ce redécoupage électoral les cantons, demain les circonscriptions qui est la prochaine étape. Ce n'est pas non plus le pickpocket en bande organisée, en se détournant des réalités des territoires, c’est encore moins, de la part de la gauche au pouvoir, l'usage des pratiques anciennes que nous avons ensemble combattus. 

 

Vous disiez qu'avec ce projet de redécoupage, nous avons RDV avec l’avenir .Je pense pour ma part que nous faisons un saut dans le passé, tuant de fait le slogan désormais devenu la grande arnaque : le changement c'est maintenant. 

Même sur ce projet de redécoupage, ce slogan sonne faux, comme il est dénoncé par grand nombre de population. Etant de gauche, la vraie, je le regrette. 

 

Où est l’intérêt des habitants dans tout cela? N’oublions pas que nous sommes élus pour répondre à leurs besoins et à leurs attentes et ce dans la proximité et l'efficacité. 

 

Quand on tente de modifier et d’orienter l’expression démocratique, je doute fort que ce soit pour mieux servir les citoyens.

 

Notre démocratie en souffre, les citoyens se détournent et s’abstiennent en masse, et le redécoupage proposé n'apporte aucune réponse concrète à ces questions essentielles, pire il risque de renforcer le détournement des électeurs voire de les égarer dans des votes extrêmes. 

Nous vous avons fait la démonstration qu'un autre projet de redécoupage, un autre décret était et est possible. 

 

Je laisse la conclusion de mon propos à Nelson Mandela qui a donné au monde une image forte de la grandeur humaine, du courage, de la démocratie et de la politique : 

« nos adversaires ont une existence légale, ils avaient des financements, du matériel de campagne, mais le jour des résultats le peuple a parlé, contre eux! », car ils avaient oublié que le peuple avait une conscience". 

 

Considérez qu’aujourd’hui est une première étape et que toutes les actions, recours seront menés afin d'appeler le gouvernement à la raison. 

 

Pour l'ensemble de ces raisons, nous rejetons le projet de redécoupage des cantons et de décret qui l'accompagne. 

Commenter cet article