Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Jours ordinaires en Seine-Saint-Denis #3

Publié le 15 Octobre 2013 par pierre laporte in du local au global

 

 

La Cour des Comptes, et Didier Migaud, son premier président en tête, n’en finit donc pas de jouer les chiens de garde !

 

A l’origine juridiction financière chargée principalement de contrôler la régularité des comptes publics, de l'État, des établissements publics nationaux, des entreprises publiques, de la sécurité sociale, ainsi que des organismes privés bénéficiant d'une aide de l'État ou faisant appel à la générosité du public, elle est devenue l’un des principaux dardiens du capital en France.

En soulignant la hausse des dépenses des collectivités, la Cour des Comptes oublie volontairement, idéologiquement, de mettre ces dernières en regard d’une part, de leur objectif : rendre le service public, l’améliorer, le développer, faire face aux besoins des populations et des territoires ; d’autre part, de la diminution régulière des recettes des collectivités consécutive des réformes de la fiscalité engagées par les gouvernements de droite.

 

Ainsi fidèle au dogme de la diminution des dépenses publiques, imposé par la Commission Européenne, la Cour des Comptes sort de son rôle pour imposer une nouvelle cure d’austérité à tous les étages du service public français.

 

Cette réduction des dépenses publiques s’est manifestée par la diminution constante des subventions de l’Etat et par la RGPP, « Révision générale des Politiques Publiques ».

 

Concernant cette dernière, je regrette que l’actuel gouvernement l’ait maintenue, sous un autre nom : la MAP ou « modernisation de l’Administration Publique ».

Elle se manifeste très concrètement.

Dernièrement, lors d’un Conseil municipal à Tremblay, j’ai pu constater que les personnels du Trésor Public, qui dépendent de l’Etat était en nombre insuffisant pour assurer leurs missions.

Concernant la mairie de Tremblay, ils assurent en conséquence prioritairement les paies des agents communaux et les factures prioritaires. Les autres sont traitées avec un retard qui conduit la ville à payer des indemnités aux entreprises qui travaillent pour elles et ces dernières à refuser de travailler avec notre ville … Et ce alors même qu’il faut tout faire pour soutenir l’activité des PME, c’est un comble !

 

Cette logique de réduction des dépenses publiques que la Cour des Comptes assène aux collectivités, c’est aussi les services hospitaliers en sous effectifs ou les forces de Police Nationale en nombre insuffisants dans nos villes.

Pendant ce temps là, nos camarades socialistes, qui ne sont pas à un discours démagogique près, lancent leur campagne en Seine-Saint-Denis sur le thème de la sécurité !

Aucune réclamation de leur part en direction du gouvernement bien sûr, mais au contraire des promesses de Police municipale, de vidéo surveillance qui seront autant de dépenses qui n’iront pas au cadre de vie, au sport ou à la culture et, surtout  à l’emploi !

 

Car pendant que nos futurs candidats font semblant d’occulter que l'emploi est la première préoccupation des français, le gouvernement coupe une nouvelle fois l’herbe sous le pied des travailleurs et des générations futures en engageant une nouvelle réforme des retraites! Allongement de la durée de cotisation,  recul de l’âge de départ à la retraite, report du relèvement des pensions et un effort financier pour les seuls salariés, les entreprises se faisant rembourser par l’Etat les augmentations de cotisations !

 

Il n’y a pas si longtemps, un peu plus de trente ans, le Parti Socialiste était de gauche et avait en 1981 passé l’âge légal de départ en retraite de 65 ans à 60 ans.

Mais ça, c’était avant …

 

Commenter cet article