Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

JL Melenchon candidat aux législatives contre Marine Le Pen

Publié le 12 Mai 2012 par pierre laporte in du local au global

Extrait du site Agora Vox

 

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire ! (Corneille)

De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace (Danton)

 

 

 

 

 

Ce sont ces belles phrases qui viennent à l’esprit quand on apprend la décision de Jean-Luc Mélenchon de se présenter contre Marine Le Pen.

Henin-Beaumont. Tel est le lieu de la bataille.


Oui, pour être député, il aurait pu se contenter d’être « parachuté ». (Expression que reprend à tort « Libération », qui est pourtant un journal de gauche, non ?) On ne parachute pas sur un champ de mines. On parachute Guaino, par exemple, à Boulogne-Billancourt, que la droite tient depuis quarante ans. Ca, c’est un « parachutage » : un député qui ne prend aucun risque et se pose en terrain conquis.

Pas le genre de Mélenchon.


Mélenchon, à Henin-Beaumont, s’engage non pas dans un petit duel d’ego, une petite rixe régionale où il veut se venger d’un scrutin qui a été plus favorable à elle qu’à lui. Non. Il se lance dans la mère des batailles, l’indispensable combat qui l’oppose non seulement au FN mais aussi à l’UMP, qui la courtise, mais aussi au PS, qui a accepte des représentants qui rendent des comptes à la justice. Tous ses ennemis sont là qu’il peut mettre en échec d’un seul geste. Belle stratégie. Il avait commencé cette partie lors des présidentielles. Elle avait été interrompue sans qu’il puisse l’emporter d’une manière nette. Indiscutable. Il se représente, la traquant elle, ce symbole de notre politique en déroute, sur cette terre ouvrière qu’elle appelle « sa terre », elle qui est l’alliée du Capital.

Mais la meilleure façon d’expliquer cette décision est de donner la parole à Jean-Luc Mélenchon.


Comme toujours, dans ce qu’il écrit, l’énergie de la passion et la justesse de l’analyse garantissent la qualité de la forme et du fond.


Vient la question du Front National.

Elle est évoquée à propos de plusieurs des circonscriptions concernées par notre tour d’horizon. Elle est traitée dans les commentaires de ce blog parfois pour regretter que je donne l’impression d’une « fixation » sur le sujet !

On croit rêver !

C’est l’argument de la Le Pen elle-même !

Quoi ? L’extrême-droite est en progrès partout en Europe et la bonne réponse au problème posé serait de parler d’autres choses, et si possible ailleurs que là où la bête veut faire son nid ! Et ce serait ainsi qu’on ménagerait « l’autorité » des porte-paroles de notre cause ? Quand on n’ajoute pas en plus cette injonction que je ne dois pas être battu !

Les chefs dans les circonscriptions gagnées d’avance, ce n’est pas notre culture. Je suis allé mener combat avec les camarades du grand sud-ouest dans une circonscription européenne où nous n’avions pas d’élu. Si j’avais été battu c’est tout le pari du Front de Gauche naissant qui était atteint. Mais nous l’avons fait. Parce que nous faisons du suffrage universel l’arbitre de nos luttes et de nos choix. La planque et les « pousse-toi de là que je m’y mette » sur le mode de barons socialistes nous paralyseraient. Se ménager, ce n’est pas du tout notre façon d’aborder les problèmes qui s’annoncent. Pas du tout ! Et surtout pas la mienne.

Il n’y a pas d’un côté la lutte contre le Front National et de l’autre la bataille pour le partage des richesses, la protection des travailleurs et la 6ème république. C’est la même affaire ! C’est exactement comme de dire que la lutte contre la droite et pour le partage des richesses c’est la même chose.

 Pourquoi ce qui est évident s’agissant de la droite devient moins certain quand il s’agit de l’extrême-droite ? La lutte contre l’extrême-droite serait seulement une lutte « morale » ? Une « fixation » particulière, comme on le dirait d’un thème trop étroit ? L’extrême-droite est le rempart du système quand celui-ci ne parvient plus à se maintenir avec ses forces et moyens traditionnels. L’extrême-droite est en train de fournir les thèmes qui restructurent idéologiquement la droite. Elle n’est donc pas à la marge de la bataille !

La lutte contre le capitalisme et la lutte pour la représentation politique de cette lutte sont une seule et même chose !

 


Commenter cet article