Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Emprunts toxiques et marché de dupes

Publié le 7 Octobre 2013 par pierre laporte

Nous refusons l’article 60 du projet de loi sur les emprunts toxiques. Cet article stipule que le soutien financier aux collectivités et aux organismes publics, nécessaire pour les sortir de cette grande escroquerie que sont les emprunts toxiques, est suspendu à l’abandon des poursuites contre les banques. Si  nous saluons un même refus chez S. Troussel, président du conseil général, nous doutons qu’il en soit de même chez les parlementaires socialistes séquano-dyonsiens. Et nous resterons vigilants sur leur vote lors de l’examen de ce projet de loi.

 

Nous apprécions la création d’un fonds d’aides de 100 millions € sur 15 ans. Mais nous refusons qu’il soit assujetti à un tel chantage. Cela reviendrait à dédouaner les banques de leurs responsabilités. Si les collectivités ont saisi la justice et multiplié les contentieux, c’est parce que les banques ont toujours refusé toutes renégociations des taux d’intérêts. Et pour cause : la montée des taux leur a permis de garder une manne financière exponentielle. Voilà un bon moyen d’alimenter les marchés financiers avec l’argent public frais. En période de reculs drastiques de la dépense publique et d’une coupe d’1,5 milliards € dans les moyens transmis par l’Etat aux collectivités, voilà qui fait désordre !

 

De plus, c’est encore un jeu de dupes et une aubaine pour les banques. Même si elles financent à 50% ce fonds, elles seront encore largement gagnantes si les taux d’intérêt de leurs emprunts toxiques s’envolent !!! En préambule de ce projet de loi, nous demandons alors que les taux des emprunts toxiques soient fixes et répondent au taux légal en vigueur.   

 

Accepter cet article en l’état, c’est se soumettre aux diktats des banques et à graver dans le marbre l’idée que l’argent public serait le premier levier des puissances bancaires. Quelle idée est donc passée par la tête d’un gouvernement dit « de gauche ». Où est le François Hollande qui déclarait en février 2012, en meeting au Bourget : « Mon ennemi, c’est la finance » ???

 

Nous demandons l’abandon de l’article 60. L’accepter serait comme « passer l’éponge » sur une pratique ultra libérale, contraire à des valeurs de gauche, d’autant que le projet de loi ne revient pas sur la dangerosité des emprunts toxiques et la responsabilité des banques qui les ont proposés.  

 

La privatisation du crédit local de France dans les années 90 aboutissant à la création de la banque DEXIA et à la libéralisation des emprunts aux collectivités aura été une catastrophe de bout en bout. La mise en place de la Société française de financement local (SFIL) n’est pas la panacée car elle ne dispose  pas des moyens nécessaires pour répondre au besoin de financement des collectivités (25 milliards € sur 5 ans alors qu’il en faudrait 60 milliards € par an). La création d’un pôle bancaire public, suffisant abondé, devient incontournable. Il proposerait des emprunts aux taux les plus bas. Le profit financier n’a pas sa place dans le développement des services publics assuré par les collectivités !

 

 

Le groupe front de gauche au Conseil Général du 93

Commenter cet article