Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Des élus EELV en colère dans le 93

Publié le 22 Décembre 2013 par Pierre Laporte in Créer une nouvelle force politique à gauche

Cher-e-s partenaires,

48 élu-e-s Europe Ecologie-Les Verts de Seine-Saint-Denis, premiers signataires, lancent un appel (sénatrice, conseillers régionaux, généraux, communautaires, adjoints et élus municipaux) à un changement radical de comportement dans le débat politique.

A l'approche des élections municipales de mars 2014, il nous a semblé important d'intervenir sur les comportements clivants qui, s'ils se poursuivent, emmèneront la gauche entière droit dans le mur.

Convaincus que, comme nous, vous donnez la priorité au développement de notre territoire si durement touché par les crises sociale et environnementale, il nous semble opportun de vous communiquer le texte de cet appel.

Cette déclaration commune des 48 élu-e-s EELV s'adresse publiquement aux citoyens et aux partis de gauche de notre territoire.


 

"Contre les stratégies de tension et pour une éthique politique à gauche"
Déclaration commune de 48 élu-e-s EELV de Seine-Saint-Denis

 

Les récentes déclarations dans la presse à propos de Dominique Voynet nous obligent à réagir.

Les élus écologistes ont toujours eu le respect du débat démocratique et de l'expression courtoise dans ces débats. Nous avons toujours eu le respect des personnes et de la fonction. De la même façon, dans les municipalités où nous participons à faire vivre les alliances de gauche, nous sommes des partenaires exigeants, loyaux dans les contrats passés avec nos partenaires politiques.


Nous sommes aujourd'hui solidaires du bilande l'équipe emmenée par sa maire pendant ces six ans, et nous respectons la décision de Dominique Voynet car nous savons la vérité des attaques dont elle a fait l'objet dès le soir de son élection. Oui ! Nous le réaffirmons, elle a tenu tête sous les insultes d'élus, qui ont eux-mêmes insulté la politique en se comportant de cette manière.


Nous demandons donc solennellement que cessent l'invective, le dénigrement, l'abaissement de la personne et de l'élu. Au plan national, nous avons été surpris des déclarations de Ségolène Royal résumant la décision de Dominique à une simple question « d'états d'âmes ».

Plus encore, nous ne pouvons accepter qu'un élu de Seine-Saint-Denis, quel qu’il soit, puisse tenir des propos tels que ceux parus dans Le Parisien ce 27 novembre dernier par Corinne Valls, maire de Romainville, ville de la communauté d'agglomération Est Ensemble où figure Montreuil.

Cette déclaration de Corinne Valls à propos de Dominique Voynet, la voilà : « C’est affligeant et révoltant de se répandre ainsi et jeter l’opprobre, par ricochet, sur l’ensemble des élus locaux. C’est l’aveu d’un échec et d’une grande souffrance. En se répandant de la sorte, Dominique Voynet se met au même niveau que ses opposants. Elle en veut à tout le monde car elle a échoué. Ça manque d’élégance. »


En premier lieu, nous n’acceptons pas les attaques sexistes qu'elles viennent d'un homme ou d'une femme. Une femme élue serait donc incapable d'exprimer autre chose que fragilité psychologique et handicap émotionnel.

Mais Il y a lieu de s'interroger surtout sur la signification de ces propos, et sur leur utilité dans le débat public.

Cette « stratégie de la tension » envoie un message supplémentaire de dégoût envers la chose publique.


Sur le plan politique, cette déclaration est éhontéeau regard du bilan de l'équipe municipale montreuilloise. L'équipe, au contraire, peut être fière de son bilan dans cette ville qu'elle a trouvée, à son arrivée, sinistrée financièrement, humainement, politiquement. L'équipe a relevé cette ville malgré une défection criante de ses partenaires politiques et l'invective d'une opposition de gauche.

Ce n'est pas « jeter l’opprobre (…) sur l'ensemble des élus locaux » que de rappeler certains principes de bienséance et de respect dans les comportements politiques.

Nous faisons nôtre la phrase d'Emmanuelle Cosse à nos partenaires socialistes: « nous savons être des partenaires loyaux et acteurs de la majorité mais nous serons toujours exigeants avec ses réalisations et ses réalités ».


Quand le respect de nos engagements et des personnes est remis en causede la sorte, nous nous interrogeons sur la stratégie que cela sous-tend. La situation politique reste la même à Montreuil. Une liste écologique ouverte sera présente aux municipales. Alors, quels accords sommes nous encore susceptibles de conclure pour les prochaines élections municipales ? Quelle assurance qu'ils soient respectés ?


Nous déplorons toutes les formes de banalisation de la violence, les tentatives de diversion consistant à faire du buzz sur une situation politique très sérieuse, et à détourner les électeurs des véritables enjeux environnementaux, sociaux et économiques. Nous déplorons une violence qui les conduit à délaisser les élus républicains pour leur préférer les eaux troubles de l'extrême-droite, violence qui fait aussi le lit de l'abstention.

Dans cette période pré-électorale, nous appelons les responsables de partis à respecter les positions de chacun. Nous invitons chaque formation politique partenaire, et plus particulièrement le Parti socialiste, à construire de réelles alternatives d'alliances.

 

Les 48 élu-e-s EELV de Seine-Saint-Denis


Aline ARCHIMBAUD (Pantin), Nadia AZOUG (Pantin), Jean-François BAILLON (Sevran), Gérard BOISSEL (Le Blanc-Mesnil), Véronique BOURDAIS (Montreuil), Dominique CAGNON (Le Blanc-Mesnil), Muriel CASALASPRO (Montreuil), Claire CAUCHEMEZ (Bondy), Madjid CHALLAL (Épinay-sur-Seine), Maïté CHAMBAUD (Noisy-le-Grand), Gisela CHAUVET (Sevran), Claude CHIROUSE (Villepinte), Anne-Marie DELMAS (Le Blanc-Mesnil), Frédérique DENIS (Noisy-le-Grand), Anne DEO (Noisy-le-Sec), Sylvie DUFFRENE (Noisy-le-Grand), Maribé DURGEAT (Bondy), Camille FALQUE (Les Lilas), Rémi FARGEAS (Saint-Ouen), Mireille FERRI (Bagnolet), Philippe GAUTHIER (Bondy), Anne-Marie HEUGAS (Montreuil), Jérôme JURJEVIC (Saint-Denis), Mamadou KEITA (Saint-Ouen), Patrick LASCOUX (Noisy-le-Sec), Philippe LEBEAU (Pantin), Marie-Geneviève LENTAIGNE (Les Lilas), Virginie LE TORREC (Saint-Denis), Tedjini-Michel MAIZA (Aubervilliers), Janine MAURICE-BELLAY (Neuilly-sur-Marne), Halima MENHOUDJ (Montreuil), Ali MEZIANE (Clichy-sous-Bois), Francis MORIN (Stains), Christophe PAQUIS (Les Lilas), Christiane PESCI (Bagnolet), Catherine PILON (Montreuil), Cécile RANGUIN (Saint-Denis), Claude REZNIK (Montreuil), Michel RIBAY (Saint-Denis), Michel RIZZO (Noisy-le-Grand), Stéphane ROBERT (Pierrefitte-sur-Seine), Jamila SAHOUM (Montreuil), Patrick SOLLIER (Bondy), Jean-Yves SOUBEN (Le Blanc-Mesnil), Pierre STOEBER (Les Lilas), Nicole VALéANU (Sevran), Claire VERGé (Aulnay-sous-Bois), Patrice VUIDEL (Pantin)

 

N.B. :

Les 19 villes des 48 signataires : Aubervilliers, Aulnay-sous-Bois, Bagnolet, Bondy, Clichy-sous-Bois, Épinay-sur-Seine, Le Blanc-Mesnil, Les Lilas, Montreuil, Neuilly-sur-Marne, Noisy-le-Grand, Noisy-le-Sec, Pantin, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Saint-Ouen, Sevran, Stains, Villepinte.

- Le département de Seine-Saint-Denis compte 115 élu-e-s EELV.

- Corinne Valls : suppléante de Claude Bartolone à l'Assemblée nationale, maire de Romainville, vice-présidente du conseil général de Seine-Saint-Denis, conseillère communautaire de la communauté d'agglomération Est Ensemble.

Commenter cet article

Prochazka 21/10/2015 14:49

Comment faire pour contacter les élus de votre mouvement pour les alerter sur les dégradations dans la foret de Bondy. Venez nous voir un dimanche matin sur le parking de la foret.