Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Attention au piège du vote utile

Publié le 5 Avril 2012 par pierre laporte in Créer une nouvelle force politique à gauche

Ne prenons pas le risque
d'un vote « utile » qu'on rebaptise « efficace »

Avec la remontée « sondagière » de Sarkozy et l'offensive politico-médiatique qui persiste à donner la première place à la « sécurité » dans les préoccupations quotidiennes des « gens d'ici », voici le retour du vote « utile », rebaptisé « vote efficace ».

Hollande relance le thème du « vote efficace » dans un entretien sur France info. Pour justifier son appel, il martèle: « ...Il y d'abord le premier tour, il est décisif... nous devons créer la dynamique dès le premier tour.... j'appelle les électeurs à comprendre cette logique ».

Non, François Hollande, l'élection présidentielle ne se conclue pas au terme du premier tour !
C'est le total de toute la gauche et des écologistes qui compte. Dès lors, pourquoi faire le choix d'une stratégie de gagne-petit qui consisterait à déshabiller Jean-Luc pour habiller François ?

C'est en imposant ses thèmes politiques dans le débat public que la gauche progressera. Combien, parmi ceux qui auraient été tentés par l'abstention, ont décidé de voter « Jean-Luc Mélenchon » grâce à la campagne du Front de Gauche ?

François Hollande joue, sans le dire, sur le registre d'un nouveau 21 avril, suivant en cela l'analyse faite par le seul PS sur le risque de dispersion des voix. C'est alors oublier que les 200 000 voix qui ont manqué à Jospin ne représentaient que le tiers des voix de Taubira et que le PRG est aujourd'hui rallié au PS !

Certes, le FN est toujours un danger, mais qui aujourd'hui a vraiment engagé le combat contre lui ? Qui ne tolère pas la banalisation de Marine Le Pen, qui la dénonce sans relâche, sinon le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon ?

Le PS devrait être satisfait que nous soyons là pour défendre la démocratie contre toutes les tentations autoritaires.

Alors pourquoi négliger, mépriser notre apport ?

La réponse pourrait se trouver dans la phrase de François Hollande : « Au second tour, il y a un rassemblement autour du programme du candidat ». Ce « mon programme et rien d'autre » (e tant pis pour EE-LV et son contrat de législature !) donne tout son sens au premier tour.

François Hollande demande le plus de voix possible, non pour des raisons d'arithmétique électorale, mais pour assurer l'hégémonie la plus complète possible du PS au sein de la gauche, hégémonie qui a montré sa nocivité dans la défaite de 2002.

C'est une position dangereuse !

En visant le score le plus élevé possible pour Jean-Luc Mélenchon, nous ne défendons pas notre pré carré, mais l'avenir même de la démocratie, du social et de l'écologie dans ce pays.
Dans l'immédiat, le vote soi-disant « efficace » risque d'être le vote nuisible pour le proche avenir.

Oui le FN est un danger. Ce d'autant plus que le risque d'une dérive libérale autoritaire de la droite existe.

L'idéologie néolibérale est en crise ! Alors qu'elle parvenait à imposer l'idée qu'il n'y avait pas d'alternative à son dogme, que le capitalisme était un bien pour tous, son discours a perdu en crédibilité. C'est dans des circonstances semblables que le patronat peut être tenté de recourir à des « solutions » autoritaires.

Quand Sarkozy parle des « musulmans d'apparence » Lire , ce n'est pas un dérapage ou un manque de maîtrise de la langue de sa part. Non ! C'est une vision du monde qui se révèle comme dans son discours de Dakar.

Quand Sarkozy instrumentalise le malheur des parents alors que ses services ont été incapables d'empêcher les meurtres horribles de Montauban et de Toulouse Lire ; quand, avec la complicité des médias, il veut remettre le sécuritaire au centre du débat, il met en oeuvre une forme de gouvernement qui s'éloigne de la démocratie. Lire.

Cette tentation, c'est celle de la vieille droite autoritaire, antidémocratique, celle qui n'a toujours pas admis 1789, celle de la France éternelle de l'Action française citée par Fillon.

Oui, le danger est celui d'avoir la barbarie et la seule réponse possible c'est le socialisme, comme le disait Rosa Luxembourg.

Face à cette montée des périls, les électrices et les électeurs de gauche, celles et ceux qui veulent un changement durable et qui ne veulent pas vivre en 2017 un nouveau 21 avril, ne peuvent pas laisser les mains libres à un parti social libéral qui par sa « prudence gestionnaire » va encore se couper du peuple faute de répondre, contre le capital, à l'urgence sociale.

Pour le changement, et pas seulement pour l'alternance le temps d'une échéance électorale, le seul vote efficace c'est le vote pour le candidat du Front de Gauche et son projet d'alternative démocratique sociale et écologique, avec les mouvements populaires et les mobilisations.


federes

« Une nouvelle organisation politique ? Ouvrons

Commenter cet article