Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Les élus du 93 et le traité commentaire de Pierre Cours Salies

Publié le 17 Janvier 2008 par pierre laporte in Créer une nouvelle force politique à gauche


Un constat très instructif

Il y a quand même quelque chose de bizarre.

(Voyez le tableau ci-dessous et le texte de Dominique Voynet)

 

Comment les élus PS et la sénatrice verte peuvent-ils penser que les électeurs doivent être convaincus du texte du Traité en nous interdisant d’avoir un débat politique sérieux à ce sujet ?

 

Lisez et relisez la lettre de Dominique Voynet : elle laisse entendre que ce texte serait

1- nouveau et

 2- très différent de ce que Sarkozy aurait voulu.

Nous avons tous lus le contraire, évidemment, sous la responsabilité de TOUS les dirigeants de droite.

Par ailleurs, les députés des Verts ont-ils voté pour ou contre à l’Assemblée nationale le 16 janvier ? Et combien de Verts ont pris la même position que Noël Mamère : il veut qu’un référendum ait lieu et ne confond pas sa conviction démocratique (les citoyens doivent avoir les moyens de s’exprimer) et son appréciation personnelle : « on  ne pourra pas actuellement faire mieux ».

 

Ce sont en effet DEUX DISCUSSIONS DIFFERENTES

 

Les élus du PS, en fait, ont pris position, dans leur congrès, pour exiger un référendum : seul un tel acte peut revenir sur le vote du 29 mai 2005… Nous ne rappellerons pas que Ségolène Royal avait exprimé la même « conviction » et le même « engagement solennel » lors de sa campagne.

On nous dit : mais Sarkozy avait annoncé ce qu’il ferait lors de la présidentielle ! C’est vrai. Il lui faut les 3/5 des élus (sénateurs et députés siégeant ensemble en « Congrès »). Mais il ne les a pas ! Il n’a pas réussi à ce point ses législatives. Donc, il a une difficulté sur ce point là.  Faut-il que des élus du PS, ou des Verts, viennent lui donner ce que les électeurs lui ont refusé ?

 

Ne nous laissons pas arrêter par le silence voulu des médias.
De mandons à tous les élus socialistes et donc aussi à leurs militants de se prononcer.
Sont-ils CONTRE la démocratie et POUR Sarkozy ?

 

Et, s’ils sont pour que de vraies discussions permettent de relancer l’Europe autrement, une chose est simple : ils s’engagent publiquement à aller à Versailles le 4 février pour refuser la modification constitutionnelle entre parlementaires et exiger ainsi qu’il y ait un débat de préparation puis un référendum.

 

Ne baissons pas les bras. Allons interroger ces élus.
Il y a encore deux semaines.

 

De : roger [mailto:rp.soret@club-internet.fr]
Envoyé : jeudi 17 janvier 2008 01:53
À : jean.brafman@wanadoo.fr; Pierre, Cours-Salies
Objet : Pour info aucun PS du 93 n'a signé l'appel du CNR a ce jour

 
 

19 parlementaire(s)

 

Nom, prénom

Chambre (circonscription)

Groupe politique

Parti politique

Assemblée nationale (11)

Gauche démocrate et républicaine

PCF 
Sénat

Communiste Républicain et Citoyen

PCF 

Assemblée nationale (6)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

PS 

Assemblée nationale (2)

Gauche démocrate et républicaine

PCF 

Assemblée nationale (7)

Gauche démocrate et républicaine
Apparenté PCF 

Assemblée nationale (4)

Gauche démocrate et républicaine

PCF 

Assemblée nationale (8)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

UMP 
Sénat

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

UMP 
Sénat

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

UMP 

Assemblée nationale (10)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

UMP 

Assemblée nationale (3)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

PS 

Assemblée nationale (9)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

PS 

Assemblée nationale (5)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

Nouveau Centre 

Assemblée nationale (1)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

PS 
Sénat

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

PS 

Assemblée nationale (13)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

PS 
Sénat

Communiste Républicain et Citoyen

PCF 

Assemblée nationale (12)

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

Apparenté UMP 
Sénat

Ce parlementaire n´a pas signé l´appel du CNR

Verts 
 
 

Réponse de VOYNET Dominique

 
 
 
 
 

Madame, Monsieur,

Vous avez sollicité mon point de vue sur le Traité dit « simplifié » européen (ou Traité modificatif européen, TME) et sur les formes de sa ratification par la France, en exprimant le souhait de voir ce texte soumis à un référendum, comme le fut le Traité constitutionnel européen (TCE) en 2005.

Les Verts, dans une résolution largement approuvée le 24 novembre dernier, ont dénoncé « avec la plus grande fermeté le manque de parallélisme des formes que le président français veut instituer pour le débat et la décision concernant le TME. La précédente consultation étant faite par référendum, il est démocratiquement normal et cohérent de s’adresser de nouveau aux mêmes citoyens pour la ratification du TME ». Je partage ce point de vue, et déplore une décision présidentielle qui pourrait contribuer, une fois de plus, à aggraver le fossé entre l’Europe – elle n’y est pourtant pour rien – et les citoyens.

Pour autant, je souhaite juger du contenu de ce texte en toute responsabilité, en fonction des avancées qu’il peut ouvrir, et pas seulement de son mode de ratification. En l’espèce, il me semble que, sans être à la hauteur des réformes souhaitables, le Traité modifié européen (TME) permettra au moins de sortir de l’impasse institutionnelle et politique créée par le rejet du TCE et aggravée chaque jour par le maintien du traité de Nice actuellement en vigueur.

C’est pour ces raisons qu’en cas de nouveau référendum, je voterai pour la ratification du texte. Et pour ces mêmes raisons que, si je dois me prononcer comme parlementaire, je ferai de même.

Persuadée que nous avons besoin de plus d’Europe, mais que sa construction doit être réorientée vers des politiques écologistes et de solidarités fortes, je me refuse à exploiter ce débat à des fins de politique intérieure. D’abord parce que le TME n’est pas l’œuvre de Nicolas Sarkozy, bien qu’il s’en prévale, mais le résultat des efforts de celles et ceux qui, au sein de l’Union européenne, ont voulu débloquer la situation. Et aussi parce que nous ne manquons pas de motifs de nous opposer fortement et fermement à l’action du Gouvernement, en matière d’éducation, de justice, de fiscalité, ou de santé, sans faire de détours par Bruxelles.

Vous souhaitant bonne réception, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes sincères salutations.

 


 

 
Commenter cet article