Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Un texte de jean luc Mélenchon sur le PS

Publié le 16 Janvier 2008 par pierre laporte in Créer une nouvelle force politique à gauche

Jean-Luc Mélenchon, le 10/01/08 :

La soi disant "décision" du PS concernant le boycott du congrès de
Versailles est en réalité un coup de force médiatique. Ayrault l’a annoncé.
le coup est parti. Puis il a modifié son propos, une fois sûr d’avoir lancé
la machine médiatique (ou naturellement personne ne vérifie rien). Puis le
soir il n’en est pas dit un mot en Bureau National alors même que nous
sommes trois à demander un débat (Lienemann, Valls et moi). Le lendemain,
lettre du même Ayrault soulignant que la "cohérence" (sic) voudrait que les
députés refusent d’abord de voter (NPPV) au moment du vote à l’Assemblée
qui va précéder la réunion du Congrès à Versailles… La semaine prochaine,
ça va être chaud pour lui je crois quand les députés vont être tous là…
Puis François Hollande ce matin annonce que la « décision » de boycott est
celle qui lui parait la plus cohérente pour affirmer la position du PS en
faveur du référendum. Tel quel. Un foutage de gueule gros comme un
éléphant. Bien sur, c’est totalement faux et manipulatoire, tout le monde
le sait parmi ceux qui l’écoutent, lui aussi. Mais tout le calcul des
« ouiouistes » dogmatiques est que l’opinion s’y perde, que l’embrouille
soit totale et que le rideau de fumée permette de ne pas être pris la main
dans le sac d’un déni de démocratie et d’une forfaiture sans précédent dans
l’histoire du Parti depuis les promesses mensongères de Guy Mollet à propos
de la guerre d’Algérie.

Ces manipulations reçoivent une aide précieuse de l’Elysée et ses agents de
propagande. Dans les médias, les journalistes qui souhaitent une
information plus équilibrée ou à tout le moins des explications données aux
téléspectateurs ou lecteurs sont mis au placards et leurs avis méprisés au
profit des robots qui continuent à répéter les expressions forgées par le
bureau de la propagande de l’Elysée tels que « traité simplifié », « Europe
en panne » et ainsi de suite pour noyer le poisson. A moins qu’ils ne
pousse le projecteur sur la « profonde division du PS » sans en dire un mot
de ses causes, ou ne parle déjà « d’indiscipline» terme qu’aucun n’utilise
jamais quand celle–ci est le fait de Ségolène Royal sur les alliances au
centre ou de Ayrault inventant des "décisions" qui n’ont pas été prises.
Aucun d’entre eux ne prend une seule seconde ses responsabilités devant la
grave crise de notre démocratie dans laquelle nous nous installons avec de
tels procédés, ni sur la profondeur du réflexe de rejet de cette sorte
d’Europe là que déclenche en nous tous qui nous égosillons sans aucun accès
aux moyens d’être entendus. Il faut lire les brèves du « Monde » (seul
journal à donner l’info avec l’Humanité) pour apprendre, sans un mot de
commentaire, que la Slovénie, qui préside l’Union, a adressé des
recommandations au gouvernement portugais pour qu’il n’organise pas de
référendum. Bien sur, cette information n’est pas contenue dans l’article
qui annonce que le gouvernement portugais ne fera pas de référendum. La
thèse du complot contre le droit des peuples à s’exprimer trouve là une
confirmation stupéfiante d’insolence!

Avant au PS, vaille que vaille, il y avait une surenchère de demande de
démocratie pour la société en dénominateur commun. Jusqu’aux "jury citoyen"
pour surveiller les élus et à la "démocratie participative"pour écrire le
programme de la présidentielle! Même ça, c’est à présent clairement du
pipeau! Des référendum populaires pour choisir la couleur du mobilier
urbain ou les repas à la cantine scolaire oui, mais pas pour l’Europe,
« cette grande ambition » (œil mouillé et regard vers le ciel, s’il vous
plaît, avec une profonde respiration). Hier à Besançon, funérailles de
Raymond Forni qui parmi tant de choses nobles et dignes était l’homme du
discours de président de l’assemblée nationale rappelant qu’il n’était pas
né français et faisant l’apologie de la République celle qui rendait cet
évènement possible. On était là. Une poignée de dirigeants socialistes, et
même moi le paria de cette bande. Mais combien d’absents. Et d’absentes…
Combien de héros du partage des postes pour la diversité et Bla/ Bla,
Bli /Bli, n’ont pas eu le temps de poser un jour de congé dans leur
précieux emploi du temps d’attaché parlementaire, chargé de com, assistant,
conseiller et ainsi de suite, ni faire une pause dans leurs justes efforts
pour être dans la liste au nom de leur patronyme ou de leur couleur de
peau! Forni n’avait pas du choisir la bonne candidate, ni être d’une
diversité assez chic pour valoir la photo. C’était juste un socialiste né
dans la misère, arrivé dans un flot de pauvres diables exilés, élevé dans
la lutte à la force du poignet, sans quota, ni groupe de pression
différentialiste, ni élevage au grain des mangeoires dorées. Tant pis pour
lui. Le PS n’est même plus une famille. Même les morts ne sont plus des
braves types. Les absents ont eu tort. Le discours de Lionel Jospin était
magnifique.

----------------------------8<-----------------------------------------
Commenter cet article