Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Contre les OGM suite

Publié le 6 Janvier 2008 par pierre laporte in Créer une nouvelle force politique à gauche

00012.jpg

Devant le ministère de l'environnement avec Roger Pierre  du collectif  tremblay Villepinte,  de Florence  du collectif de l'Oise  et de katie  la  photographe du collectif du Mans.

Au troisième jour les grèvistes ont besoin de votre soutien

PAS d’OGM
 dans nos assiettes, ni dans nos champs
Manifestons mardi 15 janvier
18h place st michel jusqu’au senat
 
Droit et liberté de produire et de consommer sans OGM (organismes génétiquement modifiés) pour tous signifie le choix d’un mode de consommation responsable sans OGM.
La proposition d’activer la clause de sauvegarde était incluse dans les conclusions du Grenelle de l’environnement et avait été promise par Nathalie Kosciusko- Morizet le 9 novembre devant les organisations non gouvernementales et par Jean - Louis Borloo à l’Assemblée nationale le 31 octobre. Cet engagement d’activation de la clause de sauvegarde n’a pas été respecté.
La clause de sauvegarde est un moyen d’obtenir un moratoire qui permettrait d’avoir une année 2008 – sans culture de maïs MON 810, le seul actuellement autorisé en Europe.
Le principe de précaution qui est reconnu dans le droit international et inscrit dans la Constitution française, a pour objectif d’éviter l’exposition inutile des populations à des risques graves pour la santé et d’éviter la pollution des cultures bio et des productions labellisées par les cultures transgéniques.
Plusieurs états européens ont déjà appliqué le principe de précaution en adoptant un mora-toire sur les plantes transgéniques, contrairement à la France.
Le projet de loi – qui sera présenté à partir du 15 janvier au Sénat et ensuite à l’Assemblée Nationale (en procédure d’urgence) – au lieu de garantir le droit et la liberté de produire et consommer sans OGM, laisse craindre une contamination génétique généralisée.
Nous exigeons :
-          la primauté d’une agriculture, d’une apiculture et d’une alimentation sans OGM.
-          L’application de la responsabilité stricte et sans faute, impliquant l’ensemble des opérateurs de la filière OGM.
-          le respect du droit à l’information et à la participation du public et des collectivités territoriales.
Commenter cet article