Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Rouge banlieue conférence de presse

Publié le 13 Décembre 2007 par pierre laporte in Créer une nouvelle force politique à gauche

PICT5933.JPG PICT5934.JPG

 

 

Vues de la conférence de presse J.Ralite, P Beaudet, F Asensi, S Gatignon

Rouge banlieue.

 

Nous soussignés sommes des producteurs de villes en Seine-Saint-Denis

 
1er créateur d’emplois et 2e pôle universitaire de l’Ile-de-France,
 

5e département français pour son produit intérieur brut. Il s’agit bien de la Seine-Saint-Denis ! Un département producteur de richesses, de plain-pied dans la modernité qui rivalise de créativité et d’inventivité dans tous les domaines.

La Seine-Saint-Denis véhicule aussi l’image de territoires en difficulté, en proie à la grande pauvreté. Les gouvernants en ont fait le bouc émissaire des maux qui affectent et inquiètent notre société dans son ensemble. Ils ont fait le choix de la fracture territoriale, d’une redistribution inégalitaire des richesses et de la stigmatisation des populations alors que l’accumulation des biens s’affiche avec tapage dans les départements de l’Ouest de l’Ile-de-France. C’est inacceptable… mais pas inéluctable !

Si notre département souffre comme tant d’autres du mal-être urbain et de l’affaiblissement du lien en société, il s’appuie sur des énergies et des potentialités humaines hors du commun, ouvriers, techniciens, ingénieurs, professions médicales, associations, entrepreneurs, artistes, sportifs, engagés dans le mouvement des idées de la société contemporaine. Et sur des traditions de courage, de travail et de luttes propres à forger un nouveau monde d’émancipation pour les individus, d’égalité et de diversité sociales. Un monde juste où les destins des êtres ne sont plus séparés par des lignes infranchissables, où les fruits du travail sont partagés.
 
Maires communistes, c’est cet esprit de justice qui a guidé et qui inspire, tous les jours, notre action dans nos villes. Producteurs de ville, nous avons accouché la Seine-Saint-Denis d’un patrimoine d’excellence au rayonnement régional et national.
 
Notre bilan : A Saint-Denis, le Stade de France a donné le départ de la renaissance de la Seine-Saint-Denis. Rencontres sportives et grands spectacles ont imposé son influence culturelle. Le Pôle de l’Image et les industries graphiques. La mode et les musiques urbaines. Des scènes prestigieuses : Théâtre Gérard-Philippe, Théâtre de la Commune, Maison de la Culture 93.  Une floraison de cinémas de ville créés en rupture avec les industries de la distribution qui avaient abandonné toute culture cinématographique dans le département. Une éclosion de festivals : le jazz avec Banlieues bleues, musique à la Basilique de Saint-Denis, les Rêveurs éveillés à Sevran, les arts du cirque à Tremblay-en-France… Le Collège de France invité à Aubervilliers ; son musée éphémère. Dans nos villes, nous initions et encourageons le développement des biens et des services, l’aménagement de pôles d’activités économiques et industrielles innovantes : La rénovation des Magasins généraux et l’arrivée du métro à Aubervilliers, la naissance d’un nouveau quartier à la Porte d’Aubervilliers, la dépollution de la Friche Kodak et le classement du Parc de la Poudrerie à Sevran, le Pôle de développement international de l’Aéroport Charles-de-Gaulle Sud à Tremblay-en-France.
 
Nous savons que nous sommes sur des territoires en souffrance. L’énergie de nos villes réclamait de la considération, de la reconnaissance, une chance. Animateurs de l’action publique dans ces municipalités, nous n’avons cessé de leur donner une force créatrice, positive, constructrice. La banlieue, ses responsables politiques et associatifs comme tous ses citoyens ont ainsi réussi à forcer la reconnaissance qu’on leur refusait. Nous pouvons désormais nous engager dans ce grand mouvement dont nous esquissions les traits il y a près de 20 ans, dans un texte si ce n’est fondateur, tout au moins prémonitoire : « La banlieue veut tout ».
 
Aujourd’hui, la banlieue peut tout ! Nous sommes pleinement dans le XXIe siècle et sa modernité. Nous sommes les contemporains d’une nouvelle mutation de la civilisation humaine : l’intelligence artificielle, l’ingénierie de l’infiniment petit, le développement durable, la mondialisation sont des bouleversements d’une ampleur comparable à la révolution industrielle du XIXe siècle.
 
Les enjeux posés par cette mutation sont éminemment politiques. Etre dans ce mouvement du monde, c’est assumer pleinement ce que sont nos cités, des ville-mondes. Favoriser et développer les nouveaux modes d’actions politiques qu’elles attendent, c’est construire une nouvelle citoyenneté. Notre visée : nous inscrire dans le mouvement du monde et de ses échanges, les réorienter vers des finalités humanistes. De même que la modernité démocratique ne peut être séparée des valeurs de liberté et d’égalité, de même fait-elle système avec la culture de la vie meilleure et de l’émancipation des individus.
 
Fier de nos réalisations, nous voulons relever le défi posé par la Modernité. Ou celle-ci se retourne sur elle-même, en se faisant injustice, inégalité et autorité. Ou bien, elle prend la voie que nous avons choisie : droit à l’émancipation, démarches participatives de gestion, coopérations décentralisées. Ou nous choisissons une République des bastions, des corporations et des clientélismes, où chacun s’affronte en batailles stériles et dangereuses pour une identité perdue. Ou alors nous nous engageons dans une République qui assume ses métissages, et les encouragent, leur donnent place, reconnaissance et visibilité. C’est sur ce chantier d’une République véritablement démocratique que s’engagent les producteurs de ville que nous sommes.
 
Ces idées ne nous appartiennent pas. Elles se partagent entre tous ceux qui ont une ambition de justice et de réussite pour ce département. Rejoignons-nous ! Du débat constructif qui naîtra et sur les bases de notre volonté commune, nous engagerons l’avenir que nous souhaitons tous pour la Seine-Saint-Denis.
 
Ici se construisent les Villes et la société de Demain.
 
François Asensi
Député
Maire de Tremblay-en-France
 
Pascal Beaudet
Maire d’Aubervilliers
 
Stéphane Gatignon
Maire de Sevran
Conseiller général
 
Didier Paillard
Maire de Saint-Denis
 
 
Commenter cet article

noureddine elkarati 28/12/2007 16:14

pour en finir avec ce débat ,c'est certes trés difficle à un fils d'immigré de réusssir socialement ,mais le probleme fondamental du département est l'arrivée d'une génération de beurs isssu de l'immigration maghrébine sur-diplomés et qui ne trouve pas dans le département des débouchés ,ce probleme se posera acec acuité dans les prochaines années dans le 93 ,car l'immigration maghrébine est maintenant intégré en france ,elle est même en voie d'assimilation ,je ne crois pas comme bratavaaan à un racisme particulier ,mais à un beur on demande davantage de compétences .La seine saint denis est condamné à faire vivre davanatge son cosmpolitisme ,je crois que les élites de ce département ne sont pas répresentatifs de la sociologie de la population ,pour ma part je crois que c'est le puritanisme qui est le fléau du département. il faut des assises sur l'idendité du departement ,tout remettre à plat ,je ne crois pas que les socio-démocrates soient capables de gérer le 93 ,car les nouvelles élites qui émergent sont d'origine prolétarienne ,issu des classes populaires immigrées ,moi ,je crois en un commmunisme renouvelé ,une autre culture est nécessaire .mais c'est vrai dans le 92 je serai marié et cadre ,pas dans le 93 ,ce probleme est politique ,comme bratavan poursuivons le combat politique pour une autre seine saint denis ,en fait je ne cherche pas du boulot à TREMBLAY ,mais une culture plus amicale ,de copains ,antipuritaine ;je ne trouve pas dans cette ville ,ni dans le grand ensemble ,paradoxalement ,le lien social ,contrairement à ce que croit bratavan est fait par les français de souche dans le grand ensemble ,en mon modéle c'est la gréce antique ,la polis ,la cité grécque ,la politique ,les débats .je ne trouve pas cela dans le 93 ,qui est enfermé dans une culture latine .

Bratavan 28/12/2007 15:21

Mr Laporte je pense que ce n'est pas l'amertume qui rend injuste les propos de Nordine mais c'est la déception de toutes ces années d'investissement et de combat idéologique en vain. Et surtout avec au bout du tunnel une maladie, sans aucun avenir nonobstant un doctorat, mais c'est vrai Nordine passe moins bien que Michel.
A bon entendeur salut.
PS:Je ne me vois pas vivre ailleurs que dans le 9 , 3 mais au même titre que Nordine je pense avoir donné au 93 + qu'il ne m'a donné.
Poursuivons le combat pour une autre Seine St Denis.

pierre laporte 29/12/2007 10:34

Bonjour, je connais (un peu) la situation de Noureddine c'est pourquoi je parle d'amertume et je l'e comprend. Je ne découvre pas la discrimination, encore récemment devant le Groupement Intéret Public pour l'emploi qui réunit;  élus, entreprises, syndicats et préfets j'ai rappelé le poids de la discrimination à l'emploi qui touche les jeunes des cités, ainsi que la tendance à employer des jeunes diplomés à des emplois peu qualifiés. Il est vrai aussi que si dans la cité à Tremblay il y a autant de diplomés de l'enseignement supérieur que dans les autres quartiers de la ville 29% des jeunes de moins de 25 ans n'ont aucun dîplome c'est inacceptable.Ce que je voulais dire à Noureddine c'est que malgré cela il y a des jeunes qui réussissent , dans leur métier , dans le sport , dans la culture, ces  villes et ces quartiers que l'on décrit que par la négative sont peuplés d'hommes et de femmes qui avec toutes les difficultés qu'ils vivent ,font preuve de solidarité de créativité .La richesse de ce département c'est sa jeunesse à condition qu'on lui permette de développer toutes ses capacités c'est en cela qu'il faut changer la seine st denis mais pour le faire il faut également changer la politique française et cela ne se fera pas sans vous. cordialement

noureddine elkarati 27/12/2007 04:29

je suis docteur en géographie ,dipolomé de l'ens-ulm,et je ne trouve pas du travail en seine -saint -denis ,c'est du gaspillage de matiere grise ,alors que je suis le spécialiste de l'immigration dans le département ,si je residais dans les hautes seine ,mes compétences seraient utilisées
,dans les hautes seine ou ailleurs en france ,je serai marié et cadre ,ce n'est pas cet initiative estimable en soi ,qui changera la culure analphabéte du département et les communistes ont participé à cette culture puritaine où la moindre culture nouvelle était niée .les élites du dépratement portent une lourde responsabilité dans sous developpement du département ,je suis mal dans ma peau en seine saint denis ,c'est à paris ,en prenant un café dans une vraie terrasse que je rencontre des gens qui ne se haissent pas ,comme en seine saint denis ,car dans ce département on ne cultive pas le comsmpoltisme où le gout des discussions politiques ,et ce n'est pas la culture louable des refondateurs qui pourrait changer ce département ,je suis aigri et malheureux de vivre dans ce département de merde ,avec des élites de merde ,vivement que je me tire de ce département ,le plus béte de france ,avec la gauche la plus bete du monde ,de l'air ,rouge banlieue ce la ne vaut absolument rien ,retrouvons le passe de berger ,de 1935 ,des luttes ,de la fraternité ,il n'ya même aucune amitiée dans ce departement ,toute sa culure est révoir ,ce n'est pas l'argent qui manque ,mais de l'intelligence ,or ce département ne cultive que de la bétise . viveeement un café et une cigarette à paris ,de l'air ,on ne respire même âs dans le 93 ,de l'air !

pierre laporte 27/12/2007 18:21

Noureddine je comprends ton amertume cependant cela ne rend pas plus juste tes appréciations, nous allons nous revoir cordialement pierre

Alcofribas 20/12/2007 01:06

Je ne suis pas sûr qu'on puisse attendre quelque chose de bon d'une association prsidée par un maire qui fait brutaliser des femmes et des enfants par la police, et se justifie en disant qu'il s'agissait "d'exécuter une décision de justice" (mais on s'oppose à une décision de justice lorsque par exemple, comme les communistes l'ont souvent fait, on s'oppose à une expulsion...), en "oubliant" de dire que c'est lui qui avait demandé cette d"cision de justice, et qu'il demeurait libre de ne pas l'exécuter... Quelle solidarité peut-on attendre d'un maire capable de faire une chose pareille, et de la justifier dans des termes aussi honteux (je parle du maire d'Aubervilliers, Pascal Beaudet...)