Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

#JO2024 la candidature de Paris minée par les conflits d'intérêts (Médiapart)

Publié le 15 Mai 2017 par Pierre Laporte

#JO2024 la candidature de Paris minée par les conflits d'intérêts (Médiapart)

Quelques extraits d'une enquête édifiante menée par le journaliste Antton Rouget, sur les dessous financiers de la candidature de Paris, à lire dans son intégralité sur Médiapart.

 

"L’agence d’événementiel Keneo a déjà reçu plus de 2 millions d’euros de contrats de la candidature française aux Jeux olympiques, expertisée par le CIO durant cinq jours, du 13 au 17 mai. Cette agence a été fondée par l’actuel directeur général de Paris 2024. Et dispose d'une autre recrue de choix pour faire fructifier ses affaires: l’ancien responsable aux grands événements sportifs à Matignon, sous Valls et Cazeneuve."

"Un épisode illustre à lui seul l’endogamie problématique entourant le dossier de Paris. Au sortir d’une réunion, l’automne dernier, Édouard Donnelly, le patron de la société d’événementiel Keneo, principal prestataire de Paris 2024, s’entretient avec Loïc Duroselle, conseiller de Manuel Valls chargé de la politique de l’État sur l’accueil des grands événements sportifs. « Bon, après, tu fais quoi ? » demande le PDG à cet interlocuteur institutionnel incontournable. La fin du quinquennat approche et les chances socialistes à la présidentielle sont déjà quasi nulles. Les conseillers ministériels cherchent tous à se recaser. Pour Duroselle, le marché est vite conclu : cinq mois plus tard, le voilà bombardé directeur général adjoint (DGA) de Keneo. "

"En avril 2015, Thobois, alors chez Keneo, était désigné comme prestataire de l’association Ambition olympique, le prédécesseur du groupement d’intérêt public, afin de « consolider les bases techniques de l’organisation ». Depuis qu’il est passé de l’autre côté, le GIP Paris 2024, qu’il dirige (et qui est doté de 30 millions d’euros d’argent public de l’État, de la région Île-de-France et de la mairie de Paris), a déjà accordé deux autres contrats à son ancienne société. L’un pour l'élaboration du premier dossier de candidature, remis au Comité international olympique en février 2016. L’autre dans le cadre d’un appel d’offres ayant vu Keneo remporter 5 lots sur 10 pour la « coordination générale » et l’« édition » d’un nouveau dossier de candidature, ainsi que pour mener la réflexion sur l’organisation des transports et du village olympique pendant la compétition.

En tout, selon les informations de Mediapart, ces missions représentent plus de 2 millions d’euros de contrats."

"La constance de ses rapports avec les instances olympiques françaises a également parfois placé la société Kénéo dans des situations pour le moins insolites. Après avoir porté les dossiers de candidature de Paris 2012 et d’Annecy pour les JO d’hiver 2018, Thobois et Donnelly ont par exemple été sélectionnés en 2011 par le CNOSF, pour rédiger un rapport d’analyse des quatre dernières défaites des candidatures françaises aux jeux… incluant justement les échecs d’Annecy et Paris.

L’impact de ce document fut loin d’être anodin : c’est en effet à partir de ses conclusions que l'État a décidé de confier au CNOSF la responsabilité des relations internationales en matière de sport et, implicitement, celle d'une nouvelle candidature. Cette décision débouchera sur la création, en avril 2013, du Comité français du sport international (CFSI), présidé par Bernard Lapasset et soutenu par le ministère des sports, ainsi que sur le lancement d’une étude d’opportunité… confiée à Keneo."

Lire l'article intégral sur Médiapart.

Commenter cet article