Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon après le vote des communistes

Publié le 29 Novembre 2016 par Pierre Laporte

Déclaration de Jean-Luc Mélenchon après le vote des communistes

En Seine-Saint-Denis, l'option 1 "Appel à voter Jean-Luc Mélenchon" remporte 76% des voix.

"Je remercie les adhérents du PCF pour leur vote en faveur de ma candidature

Je remercie les adhérents du Parti Communiste français pour leur vote franc et clair en faveur de ma candidature à l’élection présidentielle de 2017. Je suis heureux de retrouver dans le combat commun tant de ces femmes et ces hommes qui sont au cœur de toutes les luttes sociales de notre pays. Je ressens comme un honneur le soin qu’ils me confient de nouveau de marcher en tête de cordée.

Je sais de quel intense débat ce vote est le résultat. Je sais que les points de vue en présence jouissaient d’une égale cohérence et dignité. Je veux donc féliciter les communistes pour leur capacité à l’avoir mené et conclu franchement.

J’ai compris que le PCF souhaitait mener une campagne autonome et que son adhésion à ma candidature ne signifiais pas une demande d’intégration au cadre large de « La France insoumise ». J’en donne acte aux communistes. Cela me convient parfaitement. Je me mets à leur disposition ainsi que toute notre équipe de campagne pour entendre les propositions de partage du travail à accomplir dans la rude campagne qui nous attend.

Ensemble nous aurons, chacun par nos moyens, la tâche de convaincre le grand nombre de se rassembler. Nous lui proposons le bulletin de vote pour ouvrir un chemin nouveau. Je veux dire à tous que je crois la victoire possible. Je sais que nous sommes capables de fédérer les aspirations de notre peuple. Autour du programme L’Avenir en commun, nous pouvons libérer les réserves inouïes de l’implication populaire. Et toute la force de notre volonté de mettre un terme aux prédations sur l’être humain et la nature que contient la finance de notre temps."

 

Commenter cet article

noureddine elkaraaati 30/12/2016 08:18

bonjour pierre
voici un copier coller résumé pair une universitaire sérieux du dernier livre de rober hue ,ils est très intéressant bonne journée
Les partis vont mourir" de Robert Hue : un manuel de combat pour une gauche en panne
Publié le 20-08-2014 à 17h14 - Modifié à 20h30
32 réactions | 19779 lu

Temps de lecture Temps de lecture : 4 minutes
Avatar de Sébastien Nadot
Par Sébastien Nadot
Docteur de l'EHESS
LE PLUS. Robert Hue prend la plume. L'ancien numéro 1 du Parti communiste français (PCF) publie un ouvrage politique, ce 20 août, intitulé "Les partis vont mourir... et ils ne le savent pas !" (éd. l'Archipel). Docteur en histoire à l'EHESS, Sébastien Nadot prépare une biographie de l'ancien leader communiste. Il décrypte ce livre.

Édité par Sébastien Billard
PARTAGER
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google+
2
Partager sur Linkedin
3
Envoyer cet article à un ami
RÉAGIR
32
RECEVOIR LES ALERTES

Votre adresse e-mail
OK
Robert Hue publie "Les partis vont mourir mais ils ne le savent pas" (A. JOCARD/AFP).

Maurice Thorez, Jacques Duclos, Waldeck Rochet, Georges Marchais… Les livres d’anciens n°1 du PCF ne manquent pas sur les étagères poussièreuses des bibliothèques du XXe siècle. Rien d’étonnant, donc, à voir Robert Hue se livrer à cet exercice dans "Les partis vont mourir… mais ils ne le savent pas !" (éd. de l’Archipel).

Habituellement, le simple survol d’un ouvrage écrit par un homme politique est désormais quasi-impossible. Il faut y être obligé professionnellement, percevoir des dividendes sur les ventes ou bien honorer tous les horribles cadeaux de Noël qu’on vous fait sans exception…

Plusieurs raisons à cela. D’abord, n’importe qui – du conseiller municipal au ministre – écrit sur n'importe quoi, ne voyant là qu'un objet de com' indispensable, facile à produire à très bas coût (intellectuel). Ensuite, parce que la plupart des politiques n’ont pas grand-chose à raconter. Enfin, en raison de leur incapacité à proposer des perspectives qui ont du sens quand on considère l’avenir de notre société.

À cela, on ajouterait volontiers la déception qui nous habite généralement quand on mesure le décalage entre les propos et les agissements d'untel ou untel. Bref, vraiment rien d’étonnant… sauf que le livre de Robert Hue déroge à l’habituel cahier à la Prévert de ce qui serait bon ou mauvais pour notre société.

Un texte étonnant, voire détonnant

En résumé, l’ex-secrétaire national du Parti communiste – qui n’avais pas usé sa plume depuis plus de dix ans – propose ici un texte étonnant, parfois détonnant, qui mêle l’intime aux affaires publiques, qui voyage dans le passé pour explorer le futur, sans règlement de compte (dommage pour les amateurs du genre…) mais avec des propositions. Ce dernier point – suffisamment rare dans ce genre d’ouvrage – est assez intéressant à explorer.

Ce n’est pas seulement l’histoire de ce Robert à l’air débonnaire qui défile ici, celui qui a pu dialoguer à plusieurs reprises avec Yasser Arafat ou Nelson Mandela, cet ami de longue date de François Hollande, qui connaît par cœur la musique devenue atone du Parti communiste français.

Ce n’est pas seulement la trace d’un jeune maire des années 1980 issu des milieux populaires jusqu’à son actuel siège de sénateur qu’on peut suivre. Ce n’est pas non plus le regard d’un homme boursouflé de prétention ou assoiffé de pouvoir qui livrerait une critique trop facile en guise de révérence.

Et c’est encore moins une charge contre le Parti communiste auquel il n’appartient pourtant plus depuis plusieurs années, même s'il écrit à son sujet : "Ce chemin du rêve, je l’ai parcouru jusqu’à la déchirure".

Le livre de Robert Hue est construit comme sa pensée. Il part de son expérience pour donner ensuite son avis, un avis qu’il essaie d’expliquer pas à pas, avec pour objectif – dit-il – d'être utile et constructif.

Il tente de clarifier sa position

À partir de son passage au PCF (la matrice organisationnelle des partis que nous connaissons, de droite comme de gauche), il analyse le dysfonctionnement généralisé des partis politiques actuels, tous arrivés en fin de cycle.

Il tente aussi de clarifier sa position (il a soutenu François Hollande aux présidentielles de 2012), répondant à ceux qui le considère comme un social-démocrate de circonstance (un de ces fameux social-traître dont l'histoire est remplie).

Dans bien des cas, le compromis a ses vertus. Malheureusement – dit-il – la sphère politique française de gauche ne connait pas le compromis, ce qui explique son éclatement actuel, poussé à l'extrême par une abêtissante compétition d'écuries présidentielles.

Après le communisme et le socialisme, Robert Hue veut ni plus ni moins qu’installer une nouvelle voie, celle du progressisme :

"L’échec des deux principaux courants pyramidaux de la gauche du XXe siècle est sans appel. Le communisme, largement inspiré durant plus de 50 ans du modèle soviétique, et la social-démocratie, s’inscrivant dans une démarche réformiste d'adaptation au capitalisme, n'ont pas convaincu."

Peut-être est-ce parce que l’homme est féru d’histoire qu’il écrit :

"Une temporalité multiple et hiérarchisée s'impose aux progressistes : celle qui oblige à agir vite comme celle d'un projet à long terme, celle d'une vie de femme ou d'homme en regard de celle de notre planète, celle qui permet d'être en harmonie avec notre passé et ses traditions sans occulter la mutation radicale de notre rapport au temps que les nouvelles technologies ont provoqué."

Un manuel de combat pour la gauche

Toujours est-il que Robert Hue veut réconcilier progrès et écologie dans son "éco-progressisme", rompre avec le présidentialisme (encore plus grave depuis qu’il fonctionne autour du quinquennat) et repenser complètement les relations Europe (oui, l’Europe…) avec l’Afrique.

Tout cela passe par un renouvellement du rapport de l’individu au collectif que les nouvelles technologies doivent faciliter et que son mouvement progressiste veut incarner.

Le livre de ce nouveau "Hue 2.0" est peut-être conçu comme un manuel de combat pour une gauche en panne. Reste à savoir s’il y existe encore des conquérants d'un nouveau rêve ou s’il ne reste que quelques défenseurs d’un monde englouti…

noureddine elkarati 28/12/2016 01:05

bonjour pierré
rectificatif dieu existe c'est certain mais il est athée ,il ne croit pas en lui ,et pas aux hommes ,car le royaume de dieu ,les hommes y vive ,l'athéisme est nécessaire,il fait être athée dans la vie et les communistes ont raison ne pas croire en lui
bonne journée pierre

njoureddine elkarati 24/12/2016 17:01

bonjour pierre
joyeuses fêtes, à toi et à toute ta famille , en ce jour de la nativité ,je crois en dieu,j'ai une pensée pour ton fils ,qui doit être un bébé en ce moment ,à minuit allume une bougie ;dieu existe pierre,je suis même d'une grave maladie mentale ,dieu existe pierre,e(t sur ce pierre(nom de pierre ) ,je baratinerait mon Eglise ,joyeuses fêtes pierre

noureddine elkartai 04/12/2016 01:25

bonjour pierre voici une copie du message que j'ai envoyé à pierre zarka

Le problème que tu poses est celui de la définition de l'être humain

ibn khaldoun ,le plus grand penseur que la terre a ait produite

pense dans la vie ,l'homme est un loup pour l'homme, de plus pense ibn khaloun pense dans la vie il "y a des êtres humains

qui ne voient pas plus haut que le bout de leurs nez

on besoin de les guider ,de leurs démontrer ce qu'"ils doivent penser et faire

,et les partis sont faits

pour cela

sans organisation et sans élite d'avant garde la vie ne peut pas sur les partis et al définition de la vie fonctionner voir la conclusion de mon étude sur l'histoire des refondateurs

voir le colloque d''Argenteuil en 66 et le débat Garaudy Althusser qui pose ce problème ,Waldeck rochet a été uns grand dirigeant

c'est ,lui qui a mieux compris ce qu'une organisation et ce que doit être le parti

c'est un stade pré-refondateur ,son erreur qu'il voulu l'union avec les réformistes ,et en 71 avec le congrès d'Epinay ,le Ps décidé de tuer le Pcf(le droit de vote ,et intégration dans les mouvements sociaux et la vie associative )

68 contrairement ment à ce que tu croies ,la droite remporte haut la main les législatives avec une écrasante majorité

le retards du parti ce n'est pas 68 seulement que se fait le retards ,mais en 71 ,bien que le Ps est pour le droit des immigrés et le PCF contr

mais le parti n'a pas compris les nouveaux mouvements sociaux et l'intégration dans la vie associative

concernant les partis ,ce vaut le coup de lire le dernier livre de robert hue (les partis vont mourir.)concernant Marx et les partis

le contexte est celui de la fin du 19 IIème siècle et la fin des clubs avec la forte industrialisation et urbanisation , avec prolétariat exploité

le manifeste et plus important que le capital ,le Pcf c'est le manifeste et pas le capital qui est très aimé ;et mars est fasciné par la France ,c'est le pays ou le mouvement révolutionnaire est le plus fort et c'est aussi le pays ou le prolétariat est le plus exploité

erreur de Marx est de croire que le parti est le guide ,surtout les léninistes

je ne crois pas à une nébuleuse gauchisante (version maartelli et toi ) ni verssion gestionnaire et social democrte 'version aseensi )

les refondateurs doivent revenir au parti et iles finiront par revenir coute que coute car c'est la famille communiste ,et la famille c'est sacré

salut pierre

noureddine elkarati 01/12/2016 08:40

bonjour pierre
j'ai trouvé au parti à la réunion du 24 novembre un haut niveau de conscience politique ;et les idées des refondateurs sont loin d'être minoritaire
on besoin de toi et de François au parti ,le ^parti change ,mais le vote de la conférence nationale prouve que la mutation reste à faire, le cadres du parti sont à la base
quel est l'avenir du front de gauche car la France insoumise est un nouveau parti et dire qu'il Ya des communistes qui croient à cette France insoumise
sur le plan personnel ,je me rapproche des idées de marie pierre vieu qui pense que les refondateurs reviendront au parti à près tout ils ne sont qu'une émanation ,
j'attends avec impatience un article de clémentine ou de Roger martelli dans regards sur la France insoumise ,car la France insoumise n'est pas un mouvement social mais un parti
bonne journée pierre

noureddine elkarati 06/12/2016 23:13

bonjour pierre voici la réponse de pierre zarka à mon message

Salut Noureddine, j’avais oublié : j’avais réunion hier en début de soirée…Excuse-moi stp. A+ Pierre




La forme Parti

Elle correspond à une démarche délégataire en vue d’une prise du pouvoir d’Etat. Or Marx dans la Guerre civile en France dit que le grand mérite de la Commune de Paris a été de montrer qu’il ne servait à rien au prolétariat de vouloir prendre le pouvoir d’Etat et qu’il fallait inventer autre chose. De plus dans le Manifeste il écrit qu’il n’est pas utile que les Communistes fassent un parti à part des autres démocrates. De fait, dès l’origine les Partis se conçoivent comme devant se substituer aux inétressés,(les opprimés) à leur ignorance et au fait qu’ils seraient uniquement sous l’influence de l’idéologie bourgeoise.

Je pense que l’avenir est à une formation qui regroupe différentes cultures transformatrices en vue d’interventions et d’actions politiques communes ce qui n’empêche pas ces cultures de se retrouver chacune de son côté pour approfondir sa propre réflexion et son travail idéologique. Dans l’Histoire ce sont finalement de telles constructions qui auront permis les victoires les plus durables : la Résistance, l’ANC, les Front de Libération…Agréger des forces diverses et rechercher entre elles comment dépasser par le haut des désaccords pour impulser une dynamique commune me smeble l’avenir, d’autant que ce ne sont pas les Partis qui font l’Histoire mais les masses. Les forces politiques