Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Pourquoi les moyens de désinformation ne relatent-ils pas de tels faits ?

Publié le 13 Mai 2016 par Pierre Laporte

Je vous fais part du témoignage d'une camarade du Comité local Ensemble! Paris 5ème/13ème.

Chers camarades,

J'espère que vous allez bien après cette manif pas de tout repos. Ce petit mail pour vous faire part de mon témoignage personnel de ce que j'ai vécu cet après-midi à la manifestation, que j'ai faite hors cortège d'Ensemble, avec des amis du PG, Sonia L.G. et Sylvain C. que vous connaissez (ils étaient co-secrétaires du PG l'année des élections municipales). Sonia, Sylvain et moi nous trouvions boulevards des Invalides au niveau de l'église Saint-François-Xavier, mêlés avec pas mal de gens pas organisés dans un cortège structuré (je pense que les cortèges à cet endroit-là étaient un peu dissous ou relâchés). Il y a avait aussi un élu PCF près de nous, qui a connu le même sort que nous.

On voyait au loin, au niveau des Invalides, s'élever une épaisse fumée blanche et on commençait à sentir les effets du gaz lacrymogène généreusement envoyé là-bas et que nous portait le vent. A cause de cela, le mouvement des manifestants s'est ralenti puis s'est arrêté. Nous étions donc assez nombreux à stagner là, les bras ballants, ne sachant trop que faire.

Je ne me prononcerai pas sur ce qui s'est passé aux Invalides (la radio parle de casseurs qui auraient débordé les services d'ordre des syndicats vers le carré de tête...). Je n'y étais pas. Mais je vous donne le récit de ce que j'ai constaté de mes propres yeux au niveau de l'église Saint-François-Xavier. Il n'y avait pas de mouvements de foule particuliers, les gens étaient plutôt statiques, se demandaient s'ils devaient ou non continuer à avancer vu les gaz lacrymo au loin et les effluves puissants qui nous parvenaient. Nombreux sont ceux qui, comme nous, ont pensé bien faire en voulant se disperser pour quitter la manif. Sonia, Sylvain et moi avons tourné à droite au niveau du square public qui borde l'église, et nous nous sommes vite rendus compte que nous ne pouvions pas sortir car des rangées de CRS bloquaient le passage. De tous côtés il en allait ainsi. Ce qui fait que le bout de manif dans lequel nous étions ne pouvait ni avancer vers les Invalides, ni reculer vers Denfert, ni se disperser latéralement du côté de l'église.

Peut-être étions nous 200 ? 300 ? Aucune idée, je ne saurais pas évaluer le nombre. Mais ce qui est sûr c'est que l'ambiance était une ambiance calme (pas de casseurs cagoulés en vue) où l'inquiétude ainsi que la colère montait et étaient perceptibles.

Comme nous, les gens cherchaient un passage par où sortir et personne ne trouvait. On se demandait quelle était est la stratégie nouvelle à l’œuvre chez les CRS dans ces manœuvres d'encerclement, que j'ai déjà vécues à Nation le 1er mai et qui ont l'air de devenir monnaie courante ces derniers temps alors qu'auparavant les CRS faisaient plutôt en sorte de disperser les foules en évacuant les lieux. Sans doute provoquer et exciter les manifestants pour obtenir un débordement et ensuite pouvoir dire qu'ils ont réprimé des casseurs. Et aussi en espérant nous faire une sacrée leçon.

Nous étions donc faits comme des rats et les CRS ont commencé à envoyer des grenades de gaz lacrymogène sur nous. Dans un nuage de fumée blanche, épaisse et suffocante, il a commencé à y avoir une sacrée tension, beaucoup d'inquiétude et de colère. Les gens ont crié des slogans du type :"La rue est à qui ? Elle est à nous !" ou "État policier !", de plus en plus fort. Certains (j'étais tout près), ont voulu forcer le cordon de CRS pour s'échapper. Nous avons été généreusement aspergés de poivre. Puis les CRS ont commencé à charger, faisant des signes annonçant qu'ils allaient cogner (le geste qu'ils font quand ils tapent leur avant-bras), nous forçant à reculer et de ce fait à nous rapprocher des autres cordons de CRS de l'autre côté. La nasse se resserrait et nous devenions plus compacts. Il y a eu des mouvements de foule, des gens paniquant. On a dû se donner la main avec Sonia pour ne pas se perdre car les gens ont commencé à courir sans savoir où aller. Il y en a qui se sont réfugiés dans le square et même dans l'église qui était ouverte sur le côté. Mais les CRS ont tôt fait d'empêcher les gens d'entrer dans l'église (de toutes façons, le curé, pro-manif pour tous, nous en aurait chassés à coups de crucifix...) et ont bloqué l'entrée du square. On est allées d'un côté à l'autre de la nasse, c'était vraiment très impressionnant : triples rangées de CRS de chaque côté, prêts à foncer. Et des grenades lacrymos qui explosaient.

Je ne saurais dire combien de temps cela a duré. 30 minutes ? 45 minutes ? Je n'ai pas pensé à regarder ma montre.

Au bout d'un moment, on nous a laissé partir, mais un par un au bout du cordon de CRS, et chacun d'entre nous a été photographié. C'est Sylvain qui a vu cela : ni moi ni Sonia ne l'avions remarqué. Et dire qu’il aura fallu attendre un gouvernement "socialiste" pour connaître cela et que plein de gens croient encore la radio !

Ma demande suite à cela : que des formations de service d'ordre soient vite remises sur pieds car on va en avoir plus que jamais besoin. Et même si on ne fait pas partie du service d'ordre le jour J et qu'on se trouve à un autre endroit de la manifestation, on peut avoir de bons réflexes. Courir en tous sens dans une nasse est ultra dangereux et il y a des choses simples à mettre en œuvre comme constituer une chaîne des gens qui se tiennent par les bras en pliant les coudes. Cela favorise le calme et incite moins les CRS à charger que la confusion et l'agitation. J'avais complètement oublié ce truc-là, c'est JeF qui me l'a rappelé. De toutes façons on était à un endroit où il n'y avait manifestement aucun service d'ordre que quelque orga que ce soit.

Bonne soirée à tous. A bientôt.

Commenter cet article