Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

A droite, c'est toujours moins de moyens et toujours plus de demandes !

Publié le 27 Mai 2016 par Pierre Laporte

Hier s’est tenue une séance du Conseil Départemental, avec à l’ordre du jour, notamment un point d’étape sur le pôle sport et handicap que j’ai suivi lorsque j’étais en charge de l’autonomie des personnes, une présentation des orientations de la politique du Département en faveur de la jeunesse par ma camarade Sylvia Capanema, le premier rapport annuel sur le soutien du Département aux partenaires associatifs, un point sur le personnel départemental.

Notre majorité a également soumis à la délibération deux vœux, l’un sur le devenir du Parc de la Poudrerie, l’autre sur le projet « Europa City » du groupe Auchan sur le Triangle de Gonesse.

A différentes reprises, la droite est intervenue pour remettre en cause les moyens alloués aux projets départementaux, feignant d’oublier les conséquences désastreuses des gouvernements de droite sur les finances publiques, ainsi que les propositions de leurs candidats pour 2017.

En particulier, j’ai rappelé aux élus de droite siégeant au Département quels sont les choix de leurs maires.

Voici mes interventions.

A droite, c'est toujours moins de moyens et toujours plus de demandes !

Au sujet du pôle sport et handicap

- Monsieur le président, chers collègues, je voudrais remercier M. Ayyadi de proposer de voter pour cette délibération.

Une petite remarque. Vous nous parlez de nombreuses demandes des villes de droite au sujet des aides départementales. Ce qui est dommage c’est que vous n’en ayez précisé aucune : un exemple, ce serait bien.

Je vais vous en donner un d’exemple, par contre.

La ville de Villepinte vient ainsi de diminuer de 33 % unilatéralement l’aide à la mission locale intercommunale, sous prétexte que les résultats ne seraient pas bons. Ceci est complètement faux, les résultats sont meilleurs que l’année dernière et depuis qu’elle a quitté l’ancienne Maison de l’emploi d’Aulnay, la mission locale a considérablement augmenté son activité et ses résultats.

Premier exemple donc, un dispositif partagé par l’Etat, la Région et le Département, auquel vous enlevez des moyens. Je ne dis pas que c’est ce qu’il se passe à Aulnay, mais je le constate sur une ville, exemple concret.

Je note aussi que les deux autres villes, Sevran et Tremblay continuent à financer comme avant.

J’entends aussi depuis tout à l’heure, pour ce que le Département projette de faire en faveur des personnes en situation de handicap au stade de la Motte, ou pour le projet dont nous débattons, quels sont les moyens, quels sont les moyens ?

Vous savez bien que les moyens sont de plus en plus resserrés. Je critique fortement la politique actuelle. Elle vient de Bruxelles, c’est « réduisez les dépenses publiques ! », les collectivités locales le savent bien, les maires en premier.

Que propose un des candidats à la primaire de la droite, M. Sarkozy ? C’est d’enlever 100 Md€ sur les dépenses publiques !

On pourra parler d’hôpitaux, de crèches, d’aides aux communes, de vie du département, il faudra couper dans tout cela.

Il faut savoir être cohérent. Soutenez-vous ou pas cette vision politique pour la société actuelle ? C’est celle qui nous fait déjà souffrir et que vous voulez amplifier.

Pourquoi faites-vous le contraire de ce que vous dites sur certaines villes et j’en ai cité une ?

Approuvez-vous cette orientation politique ?

Concernant le premier rapport annuel sur le soutien du Département aux partenaires associatifs.

- Monsieur le Président, chers collègues, vous aviez raison de souligner la richesse et l'importance des associations et en même temps de souligner leur fragilité. On sait que les villes réduisent leurs subventions, le Département aussi, la Région on ne sait pas encore mais on a quelques idées et on va se retrouver avec des associations très fragilisées. Un tissu très important pour le lien social, le rapport avec les habitants, l'accompagnement, le sport, …. Nus sommes là sur une question politique de fond. Les politiques d'économies au niveau européen, avec leurs conséquences nationales mettent en cause une des composantes de la République. C'est le sens de ma question de tout à l’heure sur les cent milliards de réduction de dépenses publiques : on prend l'argent et au bout d'un moment, quelles sont les conséquences ?

Sur la question de la numérisation, j'entends bien que c'est pour aider les associations, et j'entends ce qui est indiqué sur la simplification des procédures. La numérisation ne s'accompagne pas toujours d'une simplification des procédures mais d'obstacles nouveaux pour faire une demande. Il y en a de nombreux exemples au niveau du social. J'insiste sur le fait que l'on doit être attentif à ce que ces associations aient des contacts téléphoniques ou physiques quand il y a des questions qui se posent et qu'elles ont des difficultés à renseigner leur demande.

Je vous remercie.

Concernant le personnel départemental

- Monsieur Bluteau, tout d’abord, je suis très satisfait que vous protestiez contre les 11 milliards qui sont retirés aux collectivités locales. Cela me rassure sur votre soutien à Nicolas Sarkozy qui veut en enlever 100 Md€.

Quant à la Cour des Comptes, on pourrait lui faire des remarques. Je me souviens du rapport où elle ne tenait pas compte de certains services du département, par exemple les crèches qui n'existent pas dans tous les départements. Donc, elle compare des carottes et des navets et vient nous dire : « Vous dépensez de trop. »

Deuxième élément : si la Cour des Comptes fait des remarques pertinentes, elle n'est cependant pas exempte d'une approche idéologique de nos dépenses de fonctionnement. Quand on regarde certaines de ses conclusions, on s'aperçoit qu'elle transmet la politique de Bruxelles sur la baisse des dépenses publiques. Troisièmement, sur le secteur social dont j'ai la responsabilité, les effectifs sont les mêmes qu'en 2005. Or, pensez-vous que le nombre de personnes en grande fragilité sociale n'ait pas bougé depuis ? Et que dire de nos partenaires institutionnels qui s’éloignent des publics en invoquant la numérisation, et en disant : « Les publics, on ne les voit plus, on ne peut plus les appeler, ils vont utiliser leur ordinateur » et ce, même pour des publics qui ont des difficultés d’accès à l’informatique ? Avec des questions dans ces documents souvent très complexes ! Tout cela ne pèse-t-il pas sur les services sociaux départementaux ?

Je vous inviterais volontiers à une réunion où je sais que vous serez capable d’écoute de ces personnels et après, vous leur expliquerez vos propositions. Vous verrez le décalage entre votre vision de la réalité et la réalité elle-même.

Sur le voeu de la majorité relatif au projet Europa City

- Il est très important que ce vœu soit l'ossature de notre intervention départementale dans le débat public. On peut compléter certaines choses.

Votre appréciation de catastrophe écologique, je la partage. La COP 21 est bien loin, car d’un côté, il y a la menace de fermeture du parc de la Poudrerie, et de l'autre côté, ce projet insensé. De plus, je suis très attentif à la situation du fort de Vaujours et de l'action de Placoplatre qui manque de transparence. On est loin de la COP 21 sur notre département. Il faut que l’on y soit attentif à cet enjeu écologique.

Sur le volet commercial, si l'on compare à proportions égales avec la zone aéroportuaire de Roissy Charles de Gaulle, ce sont moins de 2 000 Sequano-dionysiens qui seraient concernés par les emplois directs. Chiffre à mettre au regard des 6 000 emplois menacés dans le secteur marchand en cas de fragilisation. Ce volet est bien exprimé.

Le coût de l'investissement public est également un élément très important à ajouter au dossier. Je suis même interloqué par votre dénonciation du financement de ce projet privé par l’argent public ! Mais on peut nous nous y joignions et nous avons des éléments à ajouter au dossier lorsqu’il sera déposé à la commission.

Je vous remercie.

Commenter cet article