Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

La droite gesticule sur les crèches, mais veut toujours moins de service public

Publié le 16 Mars 2016 par Pierre Laporte

La droite gesticule sur les crèches, mais veut toujours moins de service public

Dans un récent article, les élus de droite du conseil départemental feignent de s'étonner que nous, élus Front de gauche, n'ayons pas voté leur amendement sur l'aide au fonctionnement des crèches municipales que supprime le budget 2016.

Nous sommes plusieurs élus du groupe à avoir dénoncé cette mesure qui va à l'encontre des besoins des familles.

Dans mon intervention en séance, j'ai ainsi rappelé que cette suppression de l'aide au fonctionnement des crèches, pour un montant de 9 Millions €, n'était pas acceptable.

Annoncée en fin de période d'arbitrages budgétaires, mais surtout après l'adoption du Plan Petite Enfance l'année dernière, elle compromet sérieusement celui-ci.

Elle confirme une orientation qui mériterait d'être largement débattue : la diminution régulière des moyens de fonctionnement pour maintenir des capacités d'investissement, et rembourser la dette de Conseil Départemental.

Elle aggravera par ailleurs l'inégalité qui existe toujours entre l'ancienne Seine-et-Oise et l'ancienne Seine. Les villes de l'ancienne Seine-et-Oise, comme le canton Tremblay-Montfermeil-Coubron-Vaujours ne disposent pas de crèches départementales et doivent donc désormais assumer seules le financement de leurs structures d'accueil municipales.

J'entends ici et là la droite reprendre ces arguments.

Comme je l'entend critiquer les baisses de dotations de l'Etat !

Il est vrai qu'il est bien pratique d'avoir la mémoire courte en pareille circonstance et de laisser penser que les baisses de dotations ne datent que depuis 3 ans.

En réalité, la situation budgétaire dans laquelle sont enfermés les départements découlent des réformes Raffarin du début des années 2000 pour ce qui concerne le défaut de compensation par l'Etat des allocations de solidarité (RSA, APA, PCH)

Enfin, depuis 2012, les collectivités subissent une cure d'austérité.

Rappelons-nous du fameux « pacte de stabilité » de N Sarkozy, tant critiqué (sauf par la droite) qui a enclenché la baisse des dotations qui est aujourd'hui poursuivie par le Gouvernement Valls.

Nos collègues de droite n'ont-ils pas pris connaissance des orientations de leur candidat N. Sarkozy pour 2017 ? « Nous ferons un effort de 100 milliards de réduction de dépense sur le quinquennat. Pour cela, il faudra voter simultanément des mesures concernant les dépenses de l’Etat, des collectivités territoriales et des régimes sociaux, notamment de retraite et d’assurance-maladie.» assène t-il ! (Source)

Ont-ils déjà oublié, alors que le vote a eu lieu quelques jours auparavant, que Valérie Pécresse a fait adopter un budget supprimant 120 Millions d'euros en fonctionnement, pour augmenter l'investissement de 70 Millions, escamotant au passage 50 Millions ?

Bien entendu, à force de marteler les mêmes arguments à chaque séance, nous voyons bien où la droite entendrait faire des économies, comme le suggérait son amendement : la chasse aux assistés et aux fraudeurs d'un côté ; la chasse aux fonctionnaires de l'autre !

Je ne reviens pas sur le premier point, je l'ai développé il y a peu.

Sur le second, je voudrais demander à nos collègues de droite où étaient-ils quand les personnels des crèches s'opposaient à des modifications d'amplitude horaire d'ouverture, ou de fermetures imposées ?

Le 22 mars, soutiendront-ils les personnels départementaux qui s'inquiètent des négociations qui débutent sur la stratégie départementale en matière de ressources humaines pour les 5 années à venir ?

Seront-ils solidaires des agents qui s'insurgent contre la suppression du remplacement des agents absents au Service Social Départemental ?

Aucun doute sur la réponse à ces questions quand on sait qu'à peine arrivées au pouvoir, certaines municipalités de droite se sont vite débarrassées de leur service social, sans se soucier du devenir des agents.

Le reste n'est que poudre aux yeux et manipulation.

Pour nous, la question du financement du fonctionnement des crèches par le Conseil départemental est un combat loin d'être achevé.

D'autant que la loi NOTre a réaffirmé la compétence des départements à « mettre en œuvre toute aide ou action relative à l'accueil des jeunes enfants ».

Commenter cet article