Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Une réponse de Eva Sans et David Corman

Publié le 30 Août 2015 par Pierre Laporte

~Les Verts n’ont pas changé, les socialistes, oui ! Qui a le plus manqué de sens des responsabilités : les Verts, qui ont pris leur part des contraintes liées au pouvoir, ou le PS, qui a manqué à ses engagements jusqu’à trahir ses propres valeurs ? Fin 2011, les écologistes et les socialistes signaient ensemble un accord de mandature intitulé » 2012-2017 : socialistes et écologistes, ensemble pour combattre la crise et bâtir un autre modèle de vivre-ensemble « . A l’époque, et depuis, beaucoup ont glosé sur cet accord. Il portait pourtant une ambition majeure pour notre pays et l’Europe : la régulation de la finance, la réorientation écologique, démocratique et économique de l’Europe, la transition énergétique, et la réforme de nos institutions pour une démocratie renouvelée. Ensemble, nous avons mesuré la responsabilité qui était la nôtre de mettre fin au mandat de Nicolas Sarkozy, représentant d’une droite nauséabonde buissonnisée. Mais surtout, nous partagions l’ambition d’améliorer la situation des ménages aux revenus modestes, de mieux protéger notre environnement, de rendre notre système plus démocratique, de mettre fin aux inégalités extravagantes et à la dérégulation à outrance. Car face à la droite et à l’extrême droite, nous étions convaincus qu’une majorité de rejet ne suffirait pas. Nous avions besoin d’élaborer une coalition de projets, porteuse de sens et d’espoir. Trois ans plus tard, que reste-t-il de ces ambitions ? Bien sûr, nous avons avancé ensemble sur des sujets majeurs : le mariage pour tous, les premiers pas d’une fiscalité écologique, l’encadrement des loyers, les bases d’un nouveau mix énergétique – répartition des différentes sources d’énergies primaires consommées – , ou encore la mise en place de nouveaux indicateurs de richesse ou l’alignement de la fiscalité du capital sur celle du travail. Mais ces avancées n’occultent pas ce que les écologistes, comme beaucoup de Français, n’ont pu que constater : la succession de renoncements qui auront marqué cette mandature. Série de renoncementsLe premier renoncement, annonciateur de tous les autres, fut sur l’Europe. Renoncer à renégocier le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), c’était accepter la contrainte budgétaire appliquée à toute l’Europe, de façon brutale et aveugle – on l’a vu en Grèce – et qui plonge notre continent dans la stagnation économique. Le second renoncement est celui sur le front de la régulation de la finance. Une loi de séparation bancaire, réduite à peau de chagrin, qui au final ne concerne que moins de 1 % des activités des banques françaises. Et une taxe sur les transactions financières européennes que la France souhaitait réduire aux seules actions et CDS – Credit Default Swaps, assurance contre le risque de défaut – qui ne représentent que 3 % des produits dérivés. Sur le plan économique, que dire du crédit d’impôt compétitivité et des exonérations accordées aux entreprises qui devaient être encadrées, et qui ont été au contraire amplifiées par le pacte de responsabilité, sans aucune condition, ni d’ailleurs aucune efficacité, et ce, aux frais des ménages qui ont dû supporter une fiscalité plus lourde ? Que dire du droit du travail qui devait être renforcé et qui, tout à l’inverse, est démantelé pour supprimer en partie les comités d’hygiène et de sécurité et généraliser le travail du dimanche ? Sur le plan environnemental, nous avons fait ensemble la loi de transition énergétique. Mais quelle cohérence entre les intentions qui figurent dans cette loi et les coupes dans le budget de l’écologie, l’abandon de la taxe poids lourds, l’entêtement en faveur des grands projets inutiles ou le plan de relance autoroutier ? Et enfin, sur la réforme des institutions, que dire de la proportionnelle, restée jusqu’ici lettre morte, alors que la majorité des Français la soutient pour ce qu’elle est : la juste condition d’une représentation démocratique ? Sans parler de la loi de décentralisation qui devait clarifier et simplifier le » millefeuille » territorial et qui l’a au contraire épaissi… Nous sommes comptables de l’espoir que nous avions soulevé ensemble en 2012. Si les Français se sont alors mobilisés, c’est qu’ils nous ont fait confiance pour mettre en œuvre le projet de transformation que nous leur avions proposé. Or, en plus de l’échec sur le front du chômage, le pire renoncement est celui sur le front des valeurs. Il génère frustration et colère. Il est le carburant du rejet du politique en général, et de la gauche en particulier. La politique ne peut être comprise et aimée que si elle est porteuse de sens. L’humanité, notre continent et notre pays sont confrontés à deux défis majeurs : le changement climatique et l’explosion des inégalités. Il est temps d’y répondre vraiment. Les écologistes ne sont pas dans la parole facile, nous n’ignorons pas les contraintes, la conjoncture économique internationale, la nécessité de composer avec les partenaires européens et de s’inscrire dans une économie ouverte et mondialisée. Mais il n’y a pas de fatalité à ce que la gauche et les écologistes, une fois au pouvoir, renoncent aux engagements et à l’ambition qui avaient permis leur victoire. Nous refusons d’accepter que face au mur de l’argent, face au poids des lobbies, l’action politique soit impuissante. C’est tout le contraire. Et si les écologistes ont appris quelque chose de l’exercice du pouvoir, c’est que lorsque l’on veut, on peut. Accréditer l’idée selon laquelle, face à la marche du monde, il n’y aurait pas d’alternative possible constitue un recul coupable pour les forces politiques progressistes, mais c’est surtout un désaveu de la politique en général. Les citoyennes et les citoyens ne supportent plus une classe politique qui semble démissionner devant sa capacité à agir. La gauche d’accompagnement aujourd’hui au pouvoir envoie un message funeste au peuple qui l’a élue : celui de l’impuissance. Pourtant, donner à la France un projet qui rassemble, qui fait primer l’intérêt général et les biens communs sur les intérêts particuliers, qui refuse la démagogie et préserve les libertés publiques, c’est possible. Pour y parvenir, ce n’est pas le projet qui manque, puisque nous l’avions construit ensemble en 2011. Ce n’est pas la volonté du peuple, puisqu’il nous a accordé sa confiance en 2012. Ce qui nous a manqué, ce qui nous manque aujourd’hui, c’est la volonté politique. Il est temps de la retrouver. Par Eva Sas et David Cormand

Commenter cet article