Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Le fort de Vaujours en débat

Publié le 8 Mars 2015 par Pierre Laporte

Le fort de Vaujours en débat

Jeudi 5 juin, le Front de gauche a organisé un débat sur l'avenir du Fort de Vaujours dans le cadre de la campagne des élections départementales.

Dominique Dellac, Pierre Laporte candidats et Jamel Jaouani et Olivier d'Henry leurs remplaçant(e)s, ont voulu que ce débat informe et mobilise la population à la question de l'exploitation par la société Placoplâtre du Fort de Vaujours, ancien site d'essai du Centre de l’Energie Atomique.

Nous avons réuni à l'Espace du temps libre des associations de Vaujours, Sauvons la Dhuys, le MNLE, les représentants du personnel et la direction de Placoplâtre.

Des citoyens et des élus de Vaujours, Tremblay, Montfermeil et le candidat du Front de Gauche pour le canton de Courtry. Ce qui a permis un vrai débat contradictoire.

Pourquoi aborder cette question dans le cadre des élections départementales ? Simplement parce que nous considérons que les conditions de vie des habitants de notre canton, qu'il s'agisse des questions sociales ou écologiques doivent être prise en mains par la population.

Le Conseil général de Seine Saint Denis à pris à bras le corps depuis longtemps cette question, notre département comptait a sa création le moins d'espaces verts par habitants en Ile de France. L'action du Conseil Général s'est traduite par la création du parc Georges Valbon à la Courneuve, du parc du Sausset sur Aulnay. Elle a permis la sauvegarde du parc de Sevran qui n’était plus entretenu, participe a l'aménagement des berges du canal de l'Ourcq et à la création d'un réseau de pistes cyclables.

Cet engagement fort exprime la volonté de contribuer à la santé des habitants, par la création d'espaces de détente et de sport pour les familles. De sauvegarde de la bio-diversité aujourd'hui menacée.

Beaucoup de Valjoviens sont venus s'installer ici pour retrouver un peu de la campagne en ville. Ils ont été nombreux à se mobiliser pour sauver le bois de Bernouille.

Aujourd'hui, c'est l'exploitation par Placoplâtre du site du Fort de Vaujours qui nous alerte. Les 45 hectares et les bâtiments qui s'y trouvent ont servi de lieu de stockage de munitions, puis de centre d'expérimentation pour les détonateurs de la bombe atomique. Des centaines d'essais ont dispersé dans les casemates, sur les terrains alentours, ainsi que dans le sous sol, des matières telles que l'uranium appauvri .

L'Etat a vendu à Placoplâtre ce site en affirmant qu'il était totalement dépollué, les analyses contradictoires qui ont été menées montrent qu'il n'en est rien.

Mais l'Etat qui est le pollueur et qui devrait mener à bien une dépollution coûteuse n'a pas trop intérêt à dire la vérité. Placoplâtre qui a payé cher la possibilité d'exploiter, veut le faire rapidement et à moindre coût, c'est à dire à ciel ouvert. Cela peut comporter d'énormes risques pour les salariés et les populations.

Nous voulons la vérité sur la pollution du Fort de Vaujours et savoir si la dépollution est possible ou non et quelles sont les mesures indispensables à prendre. .

Pour cela nous proposons que les 2 préfets du 93 et du 77 modifient la composition des commissions de suivi pour que n'en soient pas écartées les associations et que les élus aient une meilleure représentation.

La population doit être régulièrement informée ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.

Des organismes indépendants notamment la CRIIAD, doivent être affectées à la détection de pollutions radioactives et autres.

Placoplâtre doit progresser plus vite dans le recyclage du plâtre, afin de préserver l'avenir en développant l'entreprise tout en préservant les espaces naturels.

Les représentants du personnel de l'entreprise ont aussi droit à toutes les informations. Trop d'entreprises, au nom de la rentabilité, sacrifient, ou ont sacrifié, la santé de leurs salariés pour que nous accordions notre confiance sans contrôle.

Nous ne sommes pas contre l'exploitation du gypse par Placoplâtre, mais nous ne croyons pas à la vision idyllique présentée dans un courrier aux élus de nos villes par la direction de l'entreprise.

Nous ne voulons pas non plus agiter des peurs qui seraient infondées. Mais tout nous montre qu'aujourd'hui, on ne nous permet pas de connaître la vérité et cela nous prouve la nécessité de poursuivre et amplifier la mobilisation.

Nous serons présents dans toutes les initiatives comme nous l'avons été et le seront après cette campagne.

Pour avoir plus d'informations, visionner les films, notamment celui de la 5, ainsi que les documents d'archives, allez sur le site Sauvons la Dhuis.

Commenter cet article