Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Une déclaration PCF/ Front de Gauche de Romainville

Publié le 4 Février 2015 par Pierre Laporte

Une déclaration PCF/ Front de Gauche de Romainville
Le 22 mars avec les candidates et les candidats du Front de gauche !

Le 22 mars aura lieu le premier tour des élections départementales. Le silence est assourdissant et pourtant ces élections sont un enjeu majeur pour notre pays, notre département, et les populations. Seront-elles à la suite des élections partielles, des municipales, des européennes une étape de plus dans la chronique annoncée de la conquête de tous les pouvoirs par la droite et le Front national, sur fond d’abstention massive ? Ce scénario doit et peut être démenti.

Il est possible avec le Front de gauche et ses candidates et candidats, de faire de cette élection un moment de résistance populaire aux politiques d’austérité et de rassemblement pour construire une véritable perspective de changement et de progrès pour notre peuple.

L’un des marqueurs de ce scrutin sera l’utilisation de la dépense publique. La diminution drastique des dotations aux collectivités territoriales ou bien les milliards d’euros qui ne font qu’engraisser les actionnaires et financer des investissements destructeurs d’emplois. Le choix du gouvernement en faveur de l’austérité est mortifère. Contrairement au CICE, la dépense départementale est un facteur de renaissance d’une croissance durable, écologique, créatrice d’emplois et répondant aux besoins des populations. Chaque euro dépensé par le département, du collège à la voirie, en passant par le social et la culture, est utile au développement humain, à l’emploi et à l’écologie. Quant à la droite et à l’extrême droite les seuls reproches faits au gouvernement c’est de ne pas aller assez loin dans ses mesures antisociales et austéritaires, de ne pas donner assez au patronat, aux actionnaires et à la finance.

Le 22 mars avec les candidats du Front de gauche, donnons un coup d’arrêt aux choix injustes opérés depuis l’arrivée en 2008 d’un président socialiste : suppression de 50% de la carte Imagin’R et du chèque ordinateur pour les collèges, hausse des tarifs des restaurants scolaires, baisse de 20% du budget des PMI, de la culture et du sport, baisse du fond solidarité logement, baisse de 60% du budget de l’écologie urbaine, baisse des aides à la réhabilitation des logements anciens…

Par ailleurs cette élection ne peut être déconnectée de la bataille autour de la réforme territoriale et de ses conséquences pour la vie de nos concitoyens. Comme nous, vous aurez également remarqué que le gouvernement et les médias dominants parlent le moins possible de ces élections. Cette banalisation du scrutin s’inscrit dans une « dévitalisation » progressive du département. Nous considérons que les candidat-e-s à ce scrutin doivent la transparence à celles et ceux à qui ils demandent leurs suffrages. Il ne suffit pas comme le font les candidat-e-s socialistes, Corinne VALLS et Daniel GUIRAUD de proclamer « Notre projet c’est la Seine-Saint-Denis », alors que tous deux se prononcent pour la disparition des départements.

Mais il y a loin de la coupe aux lèvres. Nos populations sont profondément attachées à leur département, aux services qu’il leur rend avec la protection maternelle et infantile, l’aide sociale à l’enfance, l’autonomie des personnes âgées, le handicap, la culture, le sport, la gestion de 56 crèches départementales, les collèges…

Si l’on veut une société assurant l’égalité de l’accès aux services publics de proximité et de qualité, une société où on puisse vivre, travailler et décider en citoyens libres, une société leur permettant de faire valoir leurs droits, une société de la fraternité où la solidarité est sociale comme territoriale, une société du bien vivre ensemble et du libre développement de chacun(e), une société où l’émancipation se substitue aux discriminations, ALORS LÀ LE DÉPARTEMENT EST AVEC LA COMMUNE UN OUTIL TERRITORIAL INDISPENSABLE. Ce n’est pas moins de département qu’il faut mais un département laissant toute sa place à l’intervention citoyenne et disposant davantage de moyens budgétaires, grâce à une fiscalité nouvelle et juste qui arrête de frapper les familles en mettant à contribution les actifs financiers des grandes entreprises.

Commenter cet article