Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Mon ami Gilles Garnier rappelle à Laurent Fabius ses propos méprisants à l'égard de la Seine-Saint-Denis

Publié le 12 Février 2015 par Pierre Laporte

J’en reviens a vos déclarations, Monsieur Fabius, en plein conseil des Ministres. Vous auriez, à l'instar de votre collègue Valls, plaidé pour une accélération de la construction du Charles de Gaulle Express. Vous auriez argumenté sur la laideur de la banlieue 93, traversée par les touristes, qui sont aujourd’hui obligés de prendre les mêmes RER que ceux qui partent travailler dans vos bureaux, vos hôtels… ou chez vos amis dans l’ouest parisien.

Mais, Monsieur le Ministre, Paris ne commence pas aux grands boulevards. Il faut traverser les faubourgs et voir des paysages d’usines désaffectées, les barres d’immeuble années 70... Et quand aux habitants, oui ils viennent parfois d’Alger, de Bamako ou de Bucarest… ou de Morlaix, comme ma grand-mère… Oui, il leur arrive de parler fort, de se bousculer dans les couloirs du RER pour aller travailler ou rechercher du boulot.... Tout ceci gêne les touristes. Sont-ils réellement à Paris ou dans une ville du sud? Eh bien ces gens, Monsieur Fabius, ce sont les habitants de votre future métropole. Ces utilisateurs du premier métro qui ne s’enivrent pas dans les boites parisiennes, dont les habits d’apparat sont des blouses blanches, des bleus de travail et des costumes floqués des logos d’entreprises de sécurité.

Ces gueux, ces manants, ces traines savates, ils vivent là, ils habitent là, ils étudient là et travaillent là, toute l’année. Toute l’année ils vivent les irrégularités, les pannes, la négligence de nettoyage, la saturation, du RER… Mais eux ils ne vous intéressent pas ! Toute l’année ils sont là, à vos portes. Ils arrivent dans vos bureaux bien avant vous le matin, pour préparer vos espaces… revivent des heures de galères dans les transports pour rejoindre leurs logements exigus, accomplissent  les tâches ménagères et administratives qu’aucune phobie libère, puis repartent nettoyer vos grands bureaux et appartements spacieux, après de nouveaux moments de transports pénibles, sans avoir ne serait-ce que croisé, leurs enfants ou leurs conjoint-e-s… En méprisant ces gens là, Monsieur Fabius, vous les regardez ou les jugez comme naguère les bourgeois jugeaient la cour des miracles. Vous ressemblez tant au prince Potemkine, Ministre/amant de Catherine 2, qui avait érigé des palissades autour des villages de Russie, pour que la tsarine soit protégée du spectacle de la misère de son peuple. Mais, finalement, ce n’est pas la misère qui vous dérange Monsieur Fabius, ce sont les miséreux qui vous dégoutent. Vous déclarez la guerre aux pauvres puisque vous avez renoncé à combattre la pauvreté.

Alors, je vous propose deux solutions : La première, improbable, renoncez au Charles de Gaulle Express tant que le maillage Paris banlieue ne sera pas terminé: (arc express, rénovation du RER B, arrivée du tram à Clichy sous-bois, métro à St Ouen et à Aubervilliers ainsi qu’à Rosny sous-bois, prolongement du t 1 à Fontenay sous Bois…  Alors, seulement à ce moment-là, je serai prêt, comme élu de Seine Saint Denis, à discuter avec vous d’une liaison "privilégiée" directe entre l’aéroport de Roissy et Paris

Mais vous refuserez ces deux propositions. Alors, vous devez aller jusqu’ au bout de votre cynisme. Construisez un mur de chaque côté des lignes du Charles de Gaulle Express.  Un mur comme il en existe autour de nombreux ghettos, d’hier ou d’aujourd’hui. Un mur comme il en existe autour des villages ROM en Slovaquie ou en Italie… 

Et comme vous êtes un homme de goût, Monsieur Fabius… Confiez la décoration de ce mur à des artistes internationaux qui pourront donner aux touristes un avant goût de ce qu'ils vont découvrir: Montmartre, la tour Effel, Le Louvre. Ou encore, plus cynique, demandez aux graffeurs de banlieue, ceux qui habitent de l’autre côté du mur, de peindre des images d’Épinal, des paysages bucoliques de Paris en goguette, afin de cacher ces difficultés que vous ne voulez pas voir.

Mieux encore. Nous ne manquons pas, dans notre maussade banlieue, que vous considérez un peu comme un "bantoustan", de talents. En plus, ces talents sont presque tous au chômage ou allocataires du Rsa (99 000), sont chômeurs tous âges (130 000). Ils ne sont pas difficiles ni exigeants. Vous pourriez leur proposer d’animer le parcours. 20 Minutes,  de l’aéroport à Gare de l’Est… Ils pourraient animer des saynètes, mettant en scène la diversité de notre territoire…. Le village de la savane, la pagode vietnamienne, le douar algérien pour une petite pièce... parce que les économies, c'est toujours sur leur dos qu'on les fait. On a tout en Seine Saint Denis, même les futurs figurants. Ne soyez pas qu’à moitié cynique.

Ah ! J’oubliais Monsieur Fabius. Ce serait bien que vous veniez répéter vos propos à l’Assemblée Départementale de Seine Saint Denis… Votre séjour, dans notre "bantoustan", pourrait être pris en charge par notre Comité Départemental du Tourisme, dont vous avez en partie la tutelle. Je pense que vos  propositions  seraient accueillies avec le plus grand enthousiasme par notre Président socialiste, élu de la Courneuve, une de ces villes aux paysages affreux qui gâchent le paysage de vos touristes.

Au fait, Monsieur Fabius, savez-vous que c’est le "bantoustan" de Seine Saint Denis qui a accordé le plus fort pourcentage de suffrage à François Hollande en 2012 ? Et oui ce sont les pue la sueur et les loqueteux qui ont fait que vous êtes là ou vous êtes, dans l’un des plus beaux palais de la République, le Quai d’Orsay. Au moins souvenez de vous qui vous a aidé à devenir Prince et à flaner dans votre Palais du quai d’Orsay.

Alors n’oubliez pas de venir nous voir. Comme les touristes qui prennent le RER B, longent les murs du bâtiment de vos archives ministérielles, vous pourriez commander une fresque virtuelle vous représentant en 3 D. Vous souhaiteriez la bienvenue aux touristes, dans toutes les langues. Il y a un mur pignon tout à fait adapté pour cela. Et puis, même les habitants de mon "bantoustan" seraient honorés d’entendre ces mots de bienvenue en peul , en wolof , en tamazight , en ourdou et même en français, car on est très nombreux à le parler dans notre "bantoustan" vous savez? C’est même une langue très pratique pour tous ceux qui vivent ici, car elle nous est commune. Ce serait super non? Même eux,  ils sauraient que le Ministre pense à eux. "Formidable" chante Stromae.

Beaucoup des habitants de notre "bantoustan" sont arrivés comme touristes. Depuis, la très grande majorité d’entre eux sont français ou aspirent à le devenir… C’est comme ça. Même si elle est moche la Seine Saint Denis nous, on l’aime bien. Tous ces gens sont entrés en France légalement ou illégalement… Mais pas forcément par Roissy. Et pas pour visiter. Mais pour construire les autoroutes dont ils respirent la pollution dans leurs taudis et qui mènent à l’aéroport. Et aussi pour enrichir les géants du BTP qui s’accommodent bien de leurs états de sans papiers pour les exploiter encore plus que les autres… Ce sont surement eux aussi qui vont construire le futur CDG Express qu’ils n’auront jamais le droit d’emprunter. Pas seulement à cause du prix, Monsieur Fabius. Pour que leurs gosses voient un beau train, ils auraient consenti l’effort. Mais le beau train dont papa à fait les fondations et dans lequel maman fera peut être le ménage au terminus, il ne s’arrêtera pas dans leurs stations sinistres… Tant pis, ils iront à la Foire du Trône, une fois dans leur vie, et prendront le train fantôme. Là, si on paye, on a le droit de faire un tour et de connaître un peu d'ivresse.

A bientôt, Monsieur Fabius. Ne répétez pas trop fort ce que vous avez susurré au Conseil des Ministres. Un de vos ex-amis, Président de l’Assemblée Nationale, est l’ancien chef du "bantoustan" sur lequel vous crachez et, à ce qu’on dit, il y habite encore.


Cordialement: Gilles Garnier, Conseiller général du township de Noisy le Sec.

Source

Commenter cet article