Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Ce que ne dit pas Claude Bartolone sur les emprunts toxiques

Publié le 26 Février 2015 par Pierre Laporte

Claude Bartolone a rappelé devant la presse son combat contre les emprunts toxiques et la pertinence du dispositif mis en place par le gouvernement pour aider les collectivités à en sortir. De même pour pour aider les hôpitaux piégés par les mêmes emprunts toxiques s'appuyant sur le Franc Suisse.

S'il est vrai qu'il a mené une campagne forte pour dénoncer les emprunts toxiques, il n'a par contre jamais mené de bataille pour que les collectivités locales soient à nouveau financées par un service bancaire public. Il faut rappeler que ce sont des gouvernements socialistes et de droite qui ont obligé les collectivités à emprunter auprès des banques privées.

Il faut rappeler également que ces emprunts toxiques ont surgis en pleine folie financière des banques qui ont mené le monde au bord de la catastrophe. Banques qu'il a fallu renflouer. Précisons que les risques sont toujours aussi grands.

Claude Bartolone a tellement réussit sa campagne que tout le monde croyait que les difficultés financières du département étaient dues aux emprunts toxiques. Rappelons que ce n'était pas le cas à cette période même si les risques étaient grands. Peu de temps après il se battait grâce à notre pression contre la première cause des difficultés financières qui était les transferts non compensés de l’État vers le département. Aujourd'hui, cumulé depuis 2004 cela nous a coûté plus de 2milliards d'Euros.

Contre les emprunts toxiques le combat fut d'abord juridique et nous avons pu gagner et renégocier les emprunts à des taux intéressants.

En janvier le franc suisse s'est envolé et les taux des emprunts indexés sur lui aussi. Le gouvernement avait créé un fonds de secours destiné aux collectivités locales. Mais, même doublé, il ne représente que 3 milliards d'Euros alors que l'encours de la dette toxique est de 15 à 20 milliards.

Les Hôpitaux sont eux aussi touchés et si l'aide de l’État à doublé, cela ne suffit pas.

Car le gouvernement a demandé a ceux qui bénéficiant de cette aide de renoncer à attaquer les banques devant la justice et les prêts renégociés sont à des taux avoisinant les 6% ce qui est considérable dans la période actuelle.

La raison de cette situation est simple, c'est l’État qui a racheté les 90 milliards d'emprunts toxiques en 2011 à la banque Dexia qui les avait vendus aux hôpitaux et aux collectivités locales.

L’État se comporte donc comme un banquier en appliquant des taux d'intérêts élevés pour compenser les opérations frauduleuses des banques.

Commenter cet article