Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

Face a la finance et a la politique d'austerite de Valls, le peu de courage des camarades socialistes

Publié le 19 Décembre 2014 par Pierre Laporte

Face a la finance et a la politique d'austerite de Valls, le peu de courage des camarades socialistes

Ce matin, en séance du conseil général, le groupe Front de gauche a présenté un amendement au budget 2015 avec un objectif politique clair : cesser d'alimenter la finance et maintenir les politiques publiques du Département au service des séquano-dyonisiens.

Cet amendement vise ainsi à traduire dans la réalité de l'exercice budgétaire, notre refus de voir nos moyens d'action une nouvelle fois réduits par la baisse de 22.2 millions € de la dotation globale de fonctionnement par le gouvernement Valls en 2015.

En clair, retrancher l'équivalent de 22.2 millions € aux 35 millions € d’intérêts d’emprunts que le Conseil général versera aux banques en 2015.

Asphyxiés par une dette de l'Etat qui cumule à 2,5 milliards de l'Etat au titre du financement des allocations de solidarité nationale, plumés par l’austérité et son cortège de baisses de dotations, nous avons fait le choix d'aller chercher l'argent là où il se trouve, et proposé à la majorité départementale de « remplumer » le conseil général.

Sans surprise, l’intergroupe UMP – UDI n’a pas participé au vote, cohérent en cela avec sa ligne de bienveillance envers les banques et de défense du capital, au mépris de l'intérêt général.

De leur côté, nos collègues socialistes ont balayé d'un revers de main la logique politique de la démarche et se sont retranchés derrière un argument technique permettant ainsi le rejet l'amendement, d'une voix.

Pourtant en 2010, face à notre insistance, C. Bartolone, soutenu par nos camarades du PS, n'avait pas hésité à présenter un budget en déséquilibre, ce qui était alors "techniquement" illégal. Mais politiquement justifié, personne n'émettant de doute à ce sujet.

Pourtant, s'attaquer au caractère prédateur des banques et de la finance est plus que jamais une mesure nécessaire, en Seine-Saint-Denis, comme ailleurs.

Et de tout temps, une mesure de gauche.

Commenter cet article