Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Pierre Laporte

Blog politique d'informations et d'échanges d'un élu conseiller départemental et maire-adjoint de Tremblay en France en Seine St Denis. Blog basé sur la démocratie participative. Chantier ouvert sur l'avenir de la Gauche.

la COP 21 en Seine-Saint-Denis, quelle place pour les mobilisations citoyennes

Publié le 1 Juillet 2014 par Pierre Laporte

la COP 21 en Seine-Saint-Denis, quelle place pour les mobilisations citoyennes

Lors de la séance départementale du 26 juin, les conseillers généraux ont examiné un rapport présentant la participation du Conseil général à la 21è Conférence Climat (COP 21) qui se déroulera au Bourget en décembre 2015.

Voici mon intervention à ce sujet.

Si l’on en juge d’après les propos qui nous viennent d’être tenus, l’enjeu face à nous est un changement de société et de culture profond.

L’enjeu climatique est maintenant reconnu, même s’il reste des débats sur la part naturelle, la part de l’homme de son origine, etc.., et mis à part quelque voix qui le contestent encore.

Cet enjeu est donc reconnu et les pistes pour sortir de cette situation sont tracées. On peut se réjouir de l’existence de la COP 21 et qu’elle se déroule sur le territoire de notre Département en France. Toutefois, il faut bien constater que les résultats des conférences précédentes sont loin d’être à la hauteur des exigences de la situation ; ils sont même décevants. Des raisons expliquent cette situation.

Elles sont multiples et appellent des réponses profondes modifiant les structures de notre société, nos habitudes et notre culture.

Il est souvent question d’intervenir dans l’habitat. Certes, ce domaine est très important, mais il faut aussi se pencher sur le retour de l’agriculture paysanne, la relocalisation de l’économie, les questions d’aménagement du territoire, la sobriété énergique, la consommation responsable, le partage du travail et des richesses et la préservation des biens communs.

Aujourd’hui, sur la question des biens communs, la France, avec d’autres pays, discute des moyens de privatisation des biens communs (TAFTA, TISA). D’un côté, un discours souligne la gravité de la situation et la nécessité de réagir, l’urgence et l’importance de la réaction, et d’un autre côté, on continue, toujours sur la même voie, la privatisation des biens communs, la suppression des services publics, etc.

Les négociations sont souvent paralysées par les multinationales et les lobbys économiques. De fausses solutions sont avancées dans la mesure où elles permettent le profit ; par exemple, les OGM. Ces derniers sont bien considérés comme des moyens de préserver le climat, de réduire les dépenses énergétiques et de répondre aux questions de la faim.

D’ailleurs, à ce sujet, on s’aperçoit qu’aujourd’hui, l’INRA travaille en France sur les OGM alors qu’elles sont interdites, au motif elles sont autorisées dans d’autre pays et que l’on a donc intérêt à développer cette recherche. Cette attitude est pour le moins cynique.

Citons aussi les mécanismes de compensation des émissions de carbone, la financiarisation de la nature ou la façon doit tous les domaines de la nature sont exploités dans n’importe quelle condition. Il y a par exemple des marées noires sur le sol de certains pays d’Amérique du Sud créées par des compagnies pétrolières américaines alors qu’on discute justement de la réduction de la consommation des énergies fossiles et de la préservation de la nature.

On voit que des comportements sont complètement opposés à cela.

Face à ces blocages et à l’urgence de cette situation, la mobilisation citoyenne est indispensable pour bousculer ces blocages ; elle est indispensable pour que chacun contribue à cet effort, à cette réflexion, à cette transformation de la société par la prise de conscience et par l’action.

C’est pourquoi nous devons porter une attention particulière à la fois aux mobilisations citoyennes prévues dans le cadre de la COP 21, mais aussi dans les manifestations qui dérouleront en parallèle à cette COP 21, qui sont placées sous le signe de la mobilisation citoyenne comme Alternatiba qui se déroulera en même temps sur notre département. Quel est notre positionnement par rapport à cette manifestation ?

Bien sûr, l’Agenda 21 est un élément important pour évaluer ce que fait le Conseil général du 93 dans ce domaine. Bien sûr, le Département doit contribuer à la réussite de l’évènement COP 21. Néanmoins, nous devons plus que jamais nous tourner vers les habitants parce qu’il n’y a pas d’autre solution efficace.

Pour cela, il nous faut noter que nous serons en pleine élections cantonales et régionales pour le moment prévues en décembre 2015 lorsque qu’il y aura la COP 21.

Si nous voulons être efficaces, tant pour la COP 21 que pour Alternatiba, nous devons préparer les choses bien en amont et être prêts puisque nous aurons d’autres préoccupations en même temps et qu’il ne faudra pas reculer ni dans un cas ni dans l’autre.

Je vous en remercie.

Commenter cet article